Nouvelles violences entre policiers et manifestants à Istanbul

La vague de contestation politique sans précédent qui... (Photo BULENT KILIC, AFP)

Agrandir

La vague de contestation politique sans précédent qui agite la Turquie depuis juin a causé la mort de 6 personnes et fait plus de 8000 blessés, selon l'association des médecins turcs.

Photo BULENT KILIC, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
ISTANBUL, Turquie

La police turque est à nouveau intervenue jeudi soir à Istanbul pour disperser avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau des milliers de personnes qui manifestaient pour dénoncer la mort d'un jeune protestataire lundi, a constaté un photographe de l'AFP.

Pour le deuxième soir consécutif, des incidents ont opposé les forces de l'ordre à quelque 2000 à 3000 personnes dans le quartier de Kadiköy, sur la rive anatolienne du Bosphore, un quartier considéré comme un fief de l'opposition.

La police a fait usage de gaz lacrymogène, de canons à eau et tiré des billes en plastique pour empêcher les manifestants de s'approcher du siège local du Parti de la justice et du développement (AKP). Les incidents se sont poursuivis pendant plusieurs heures.

Plusieurs manifestants ont été arrêtés, selon le photographe de l'AFP.

Des affrontements similaires se sont déroulés mercredi soir dans le même quartier de Kadiköy et mardi autour de l'emblématique place Taksim d'Istanbul.

Selon les médias turcs, des incidents ont également opposé policiers et manifestants jeudi soir à Ankara, la capitale turque, et Antakya, au sud du pays, où Ahmet Atakan, un jeune de 22 ans a perdu la vie lundi soir lors de heurts avec la police.

Sa famille affirme qu'il a été tué par un projectile tiré par la police, ce qu'a démenti le ministre de l'Intérieur Muammer Güler.

Ce décès a entraîné une recrudescence de l'agitation dans toute la Turquie, faisant planer la menace d'une reprise de la fronde antigouvernementale sans précédent qui a agité toute la Turquie en juin.

À six mois des élections municipales, le premier ministre islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan a accusé jeudi le principal parti d'opposition, le Parti républicain du peuple (CHP), d'être à l'origine de ce regain d'agitation.

«Ceux qui ont compris qu'ils ne pouvaient pas gagner les élections placent leurs espoirs dans les rues», a-t-il lancé lors de l'inauguration d'une foire commerciale à Istanbul.

La vague de contestation politique sans précédent qui agite la Turquie depuis juin a causé la mort de 6 personnes et fait plus de 8000 blessés, selon l'association des médecins turcs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer