France: un néo-nazi soupçonné de visées terroristes arrêté

Kristian Vikernes alias Varg (le loup).... (PHOTO WIKIPÉDIA)

Agrandir

Kristian Vikernes alias Varg (le loup).

PHOTO WIKIPÉDIA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jacques CLÉMENT
Agence France-Presse
Paris

Un néo-nazi norvégien, musicien de black metal connu en Scandinavie ayant purgé une peine de prison pour meurtre dans son pays, a été arrêté mardi en France sur des soupçons de visées «terroristes», même si aucun projet concret n'a été identifié.

Kristian Vikernes, 40 ans, installé en Corrèze (centre de la France) depuis 2010, a été arrêté avec son épouse française. «Proche de la mouvance néo-nazie», il «était susceptible de préparer un acte terroriste d'envergure», a affirmé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Le ministre Manuel Valls a cependant précisé qu'il n'y a pour le moment «ni cible, ni projet identifié». Il a justifié l'arrestation par la nécessité face au terrorisme «d'agir avant, et non pas après».

Kristian Vikernes «présentait un profil particulièrement dangereux pouvant porter atteinte aux intérêts fondamentaux du pays», a dit M. Valls, soulignant notamment qu'il avait été «parmi les destinataires» des messages du tueur norvégien Anders Behring Breivik.

Il constituait «une menace potentielle pour la société, comme l'atteste la violence de ses propos interceptés notamment sur le web», selon le ministère.

Kristian Virkenes, dit «Varg», avait notamment posté des messages ouvertement antisémites et xénophobes du Norvégien sur l'internet, selon une source judiciaire.

Lui et sa femme Marie Cachet, 25 ans, ont été interpellés à leur domicile à Salon-La-Tour, une petite commune de Corrèze où ils vivaient avec leurs trois enfants.

Auteur compositeur de black métal avec son projet Burzum, il avait été condamné à 21 ans de prison pour avoir assassiné en 1993 un membre de son groupe de plus de 20 coups de couteau. Il était sorti après 16 ans de détention avant de venir s'installer en France en 2010. Il s'était fait connaître par ses prises antichrétiennes.

Le Norvégien était surveillé depuis plusieurs années par la police mais c'est au début du mois qu'une enquête préliminaire a été ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris. Une décision prise notamment du fait de l'acquisition, légale, d'armes par Mme Cachet, qui possède un permis.

Lors des perquisitions, les policiers ont saisi mardi matin cinq armes longues, dont quatre carabines 22 long rifle, selon la source judiciaire.

M. Vikernes avait été un des destinataires du manifeste de l'extrémiste Anders Behring Breivik, un texte tortueux que le tueur norvégien avait rédigé pendant des années puis diffusé juste avant les attaques d'Oslo qui avaient fait 69 morts.

Selon le ministre de l'Intérieur, le contre-espionnage «a considéré que les messages que lui-même faisait passer sur internet manifestaient une très grande violence».

«L'achat d'armes et de cartouches par son épouse montrait qu'un projet terroriste était possible. Pour en savoir plus, pour savoir ce que pouvait être éventuellement ce projet, par anticipation, par prévention, la DCRI (le contre-espionnage, ndlr), et elle a bien fait, a considéré qu'il était important de l'interpeller et de l'auditionner».

Le maire de Salon-La-Tour a indiqué à l'AFP que Kristian Virkenes s'était installé il y a un an dans une maison de location, à l'écart du village, avec sa famille. Selon Jean-Claude Chauffour, le couple se serait connu il y a quelques années.

«Lui ne parle pas très bien français» et sa femme est actuellement enceinte d'un quatrième enfant, a encore précisé l'élu.

Leurs enfants, dont l'aîné aura bientôt six ans, n'étaient pas scolarisés et le couple ne s'était pas intégré à la vie du village, selon le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer