Des imams rencontrent des survivants de l'Holocauste à Varsovie

Plus d'un million de personnes périrent dans le camp... (Archives AFP)

Agrandir

Plus d'un million de personnes périrent dans le camp de concentration d'Auschwitz, installé par les nazis dans le sud de la Pologne.

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Varsovie

Des imams d'une dizaine de pays ont rencontré mardi à la synagogue de Varsovie des survivants de l'Holocauste dans le cadre d'un programme consacré à la mémoire des génocides et à la prévention des crimes contre l'humanité.

«Aujourd'hui, nous avons rencontré des gens qui ont enduré l'Holocauste ainsi que les héros qui les ont sauvés au risque de leur vie», a déclaré à l'AFP l'imam Mohamed Magid, président de la Société islamique d'Amérique du nord (ISNA).

Plus de 90% des 3,3 millions de Juifs qui habitaient en Pologne avant la Deuxième guerre mondiale guerre ont péri sous l'occupation de ce pays par l'Allemagne nazie entre 1939 et 1945.

«Les cadavres d'enfants partout dans les rues du ghetto, je ne pourrai jamais oublier cela», a dit aux imams Marian Kalwary, 83 ans, un Juif polonais rescapé du ghetto de Varsovie alors qu'il était encore un enfant, déclenchant des larmes chez ses visiteurs musulmans.

Sur un total de 24 811 personnes honorées par le mémorial Yad Vashem, érigé en Israël, pour avoir sauvé des Juifs du génocide nazi, figurent près de 6400 Polonais.

Tadeusz Stankiewicz, 83 ans, était l'un d'eux.

A 11 ans, il a risqué sa vie pour aider à sauver un ami juif, Shloma «Jan» Szmulewicz, mort en 2007.

«Vous avez un coeur, non? Alors, quand quelqu'un essaie de faire du mal à votre ami ou de le tuer, vous vous en servez. Qu'est-ce que vous pouvez faire d'autre en tant qu'être humain?», a-t-il dit à l'AFP, à la synagogue.

Les chefs religieux originaires de Bosnie, d'Inde, d'Indonésie, de Jordanie, du Maroc du Niger, des Territoires palestiniens, d'Arabie saoudite, de Turquie et des États-Unis visiteront mercredi le camp de la mort d'Auschwitz-Birkena installé par les nazis dans le sud de la Pologne et où plus d'un million de personnes, principalement des Juifs, périrent.

«Je comprends la souffrance des Juifs au siècle dernier et je prie pour que les Juifs et les Palestiniens ne souffrent pas», a déclaré à l'AFP l'imam Barakat Hasan, de Ramallah.

«Malheureusement, nous voyons maintenant que, dans le monde, la leçon de l'Holocauste n'a pas été retenue. Nous voyons cela à Gaza, en Palestine, et maintenant en Syrie», a-t-il ajouté.

Un peu plus tôt dans la matinée, le groupe avait visité à Varsovie le nouveau Musée de l'histoire des Juifs de Pologne où une exposition est en cours de préparation sur la coexistence millénaire entre Juifs et Polonais avant l'Holocauste.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer