Un proche de Berlusconi condamné pour ses liens avec la mafia

Marcello Dell'Utri, 71 ans, ancien dirigeant pendant plus... (PHOTO DAMIEN MEYER, AFP)

Agrandir

Marcello Dell'Utri, 71 ans, ancien dirigeant pendant plus de 30 ans de la régie publicitaire Publitalia du groupe Fininvest appartenant à Silvio Berlusconi, a été condamné pour avoir joué les «médiateurs» auprès de Cosa Nostra afin d'obtenir la protection de la mafia pour le Cavaliere et sa famille.

PHOTO DAMIEN MEYER, AFP

Partager

Agence France-Presse
Rome

Un ex-sénateur italien Marcello Dell'Utri, proche de l'ex-chef du gouvernement Silvio Berlusconi, a été condamné lundi à sept ans de prison pour complicité avec la mafia par la Cour d'appel de Palerme.

 

 

Marcello Dell'Utri, 71 ans, ancien dirigeant pendant plus de 30 ans de la régie publicitaire Publitalia du groupe Fininvest (édition, journaux, télévisions) appartenant à M. Berlusconi, a été condamné pour avoir joué les «médiateurs» auprès de Cosa Nostra afin d'obtenir la protection de la mafia pour le Cavaliere et sa famille.

M. Dell'Utri avait déjà été condamné il y a trois ans à la même peine, mais celle-ci avait entre-temps été annulée par la Cour de cassation.

Les avocats de l'ex-sénateur, que M. Berlusconi n'avait pas placé sur ses listes électorales aux dernières législatives en raison de ses problèmes judiciaires, se sont dits «très amers». «Après 20 ans, rien ne nous surprend plus, nous avions prévu une issue favorable, mais nous ferons recours en cassation», ont-ils annoncé.

Selon des calculs des médias, si la Cour de cassation ne parvient pas à se prononcer avant juin 2014, la condamnation sera automatiquement prescrite.

Cette longue procédure judiciaire avait débuté en 1994, avec l'ouverture d'une enquête à l'encontre de M. Dell'Utri, originaire de Palerme (Sicile), et dirigeant de Publitalia à l'époque.

Il avait été condamné à 9 ans d'incarcération en 2004 pour sa proximité avec certains chefs de Cosa Nostra, peine ramenée en appel à 7 ans en 2010.

Le 9 mars 2012, la Cour de cassation avait par surprise cassé le jugement d'appel en estimant que la complicité avec la mafia était prouvée pour la période allant jusqu'à 1977, mais que les preuves étaient insuffisantes pour la période entre 1977 et 1992.

Pendant le deuxième procès en appel, Silvio Berlusconi avait été entendu en septembre dernier comme témoin pendant trois heures sur la possibilité que la mafia lui ait extorqué, par l'entremise de M. Dell'Utri, quelque 40 millions d'euros (près de 53 millions de dollars) pour lui accorder sa protection.

M. Berlusconi avait réfuté cette thèse, affirmant avoir simplement voulu «aider un ami».

Dans le premier procès contre M. Dell'Utri, en décembre 2009, un repenti de la mafia sicilienne, Gasparre Spatuzza, l'avait aussi accusé d'avoir été «l'intermédiaire et homme providentiel» pour préparer l'arrivée sur la scène politique de forces bien disposées à l'égard de Cosa Nostra. M. Dell'Utri a été le cofondateur en 1993 avec Silvio Berlusconi de son premier parti Forza Italia. Mais par la suite, le témoignage de Spatuzza avait été mis en doute.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer