Un cardinal britannique dit avoir eu un «comportement sexuel» inapproprié

Le cardinal Keith Michael Patrick O'Brien au Vatican... (Photo archives AFP)

Agrandir

Le cardinal Keith Michael Patrick O'Brien au Vatican en 2005.

Photo archives AFP

Partager

Agence France-Presse
Londres

Le cardinal britannique Keith O'Brien, connu pour ses positions anti-homosexuelles et accusé par des prêtres de conduite indécente, a fait dimanche son mea culpa pour un «comportement sexuel» inapproprié, un geste rare qui intervient au moment où l'Eglise s'apprête à élire un nouveau pape.

Le cardinal avait annoncé le 25 février sa démission de son poste d'archevêque de Saint Andrews et Edimbourg (Écosse) et sa décision de renoncer à participer au conclave destiné à élire le successeur de Benoît XVI.

Il avait à cette occasion demandé «pardon à tous ceux qu'il avait offensés», mais n'avait fait aucune allusion aux allégations dont il était publiquement l'objet depuis la veille.

Dimanche, le religieux, âgé de 74 ans et tenu comme tous les prélats catholiques au voeu de chasteté, a reconnu, dans un communiqué, avoir eu un comportement sexuel inapproprié au regard de ses fonctions.

«Ces derniers jours, des allégations faites contre moi sont devenues publiques», a déclaré le cardinal. «Au début, je les ai contestées en raison de leur caractère anonyme et imprécis. Cependant, je souhaite saisir cette occasion pour reconnaître que mon comportement sexuel a été parfois en-deçà des standards qu'on attendait d'un prêtre, d'un archevêque et d'un cardinal», a-t-il ajouté.

«A ceux que j'ai offensés, je présente mes excuses et demande pardon», a poursuivi le cardinal, qui a annoncé son départ à la retraite.

Son mea culpa intervient une semaine jour pour jour après la publication, dans le journal britannique The Observer, d'un article où trois prêtres et un ancien curé ont accusé, sous couvert d'anonymat, le cardinal O'Brien d'avoir eu des «comportements indécents» à leur égard dans les années 80, alors qu'ils étaient majeurs.

Un prêtre s'est plaint d'avoir été la victime «d'attentions non désirées» de la part du cardinal après une soirée très arrosée. Un autre a affirmé que Mgr O'Brien profitait de prières nocturnes pour avoir des gestes déplacés. Le cardinal avait alors nié ces allégations.

Dimanche, l'ancien curé qui s'est plaint du cardinal est revenu à la charge, toujours dans The Observer, pour indiquer que sa hiérarchie l'avait mis en garde contre «les dégâts» qu'il pourrait causer à l'Eglise en accusant publiquement l'ecclésiastique de comportement indécent.

Il a aussi regretté «l'approbation froide» de la part de l'Eglise» quand il a «osé s'en prendre» à sa hiérarchie.

L'affaire éclabousse l'Eglise au moment où elle doit choisir un nouveau pape après la démission surprise de Benoît XVI, qui a pris effet jeudi.

Le scandale fait d'autant plus de bruit que Mgr O'Brien est connu pour ses positions conservatrices sur l'homosexualité, qui lui ont valu d'être désigné en 2012 «bigot de l'année» par l'association de défense des droits des homosexuels Stonewall. Il a notamment déclaré que le mariage entre personnes du même sexe «serait nuisible au bien-être physique, mental et spirituel des contractants».

Parallèlement, il s'est prononcé en faveur du mariage des prêtres, affirmant que «de nombreux prêtres» avaient «trouvé très difficile de se plier à la règle du célibat».

Dans le Sunday Mail, un prêtre officiant en Ecosse, John Robinson, a exprimé ce souhait : «Nous avons besoin de tirer les leçons des erreurs commises dans le passé et d'avancer pour devenir une église plus aimante et plus compréhensive qui ne condamne pas les victimes ni les auteurs de sévices», a-t-il estimé.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer