Le pape quitte ses fonctions

Partager

Dossiers >

Succession de Benoît XVI

International

Succession de Benoît XVI

Le pape Benoît XVI a créé la surprise en annonçant qu'il renonçait à ses fonctions, officiellement pour des raisons de santé. Qui lui succédera à la tête de l'Église catholique et de son milliard de fidèles? Aurons-nous un pape québécois en la personne du cardinal Marc Ouellet? Les cardinaux se réuniront en conclave avant la mi-mars pour désigner un successeur. »

Nicole Winfield et Victor L. Simpson
Associated Press
Rome

Évoquant une santé chancelante, le pape Benoît XVI a annoncé lundi qu'il renoncera à sa charge le 28 février, devenant ainsi le premier souverain pontife à prendre cette décision en près de 600 ans.

Un conclave sera maintenant organisé de manière à choisir un nouveau pape d'ici la fin du mois de mars.

> Le pape en images

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Parmi ses successeurs potentiels, on mentionne d'emblée le cardinal québécois Marc Ouellet, qui est actuellement préfet de la Congrégation pour les évêques.

Le pape de 85 ans a annoncé sa décision en latin, à l'occasion d'une rencontre avec des cardinaux au Vatican lundi matin.

Il a expliqué que le devoir d'un pape - le leader de plus d'un milliard de catholiques à travers le monde - nécessite à la fois «la vigueur du corps et de l'esprit».

Benoît XVI a déclaré que sa décision est «de grande importance pour la vie de l'Église».

«Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l'avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien, a-t-il déclaré aux cardinaux. Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les oeuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière».

«Cependant, dans le monde d'aujourd'hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l'Évangile, la vigueur du corps et de l'esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s'est amoindrie en moi d'une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m'a été confié», a ajouté Benoît XVI.

Le dernier pape à avoir démissionné était Grégoire XII, qui avait quitté ses fonctions en 1415 pour mettre fin au grand schisme d'Occident né de la rivalité entre différents prétendants à la papauté.

Le Vatican devrait maintenant organiser un conclave d'ici le milieu du mois de mars, puisque la période de deuil qui suivrait traditionnellement la mort d'un pape n'aura pas besoin d'être respectée. Il y aura un «nouveau pape pour Pâques», a déclaré un porte-parole du Vatican.

Plusieurs cardinaux bien en vue peuvent aspirer à la papauté, mais aucun ne fait figure de favori - soit la même situation que celle qui prévalait en 2005, quand Benoît XVI a été choisi après le décès de Jean-Paul II. Les cardinaux Angelo Scola et Christoph Schoenborn, qui sont respectivement les archevêques de Milan et de Vienne, seraient aussi sur les rangs pour lui succéder.

L'ancien cardinal Ratzinger prévoyait déjà se retirer dans sa Bavière natale quand il a été élu pape à l'âge de 78 ans.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer