Échec d'un commando français pour libérer un otage en Somalie

«Tout donne à penser que (l'otage) Denis Allex... (Photo : archives AP)

Agrandir

«Tout donne à penser que (l'otage) Denis Allex a été abattu par ses geôliers», a déclaré samedi le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Photo : archives AP

Partager

Agence France-Presse
Mogadiscio

Une opération commando française a échoué samedi à libérer un otage détenu en Somalie, a priori abattu par ses geôliers islamistes selon Paris, à la suite de combats ayant fait de nombreux morts dont un soldat français.

«Tout donne à penser que (l'otage) Denis Allex a été abattu par ses geôliers», lors de cette opération menée tôt samedi matin, et qui a donné lieu à des combats d'«une grande violence», a déclaré samedi à Paris le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian à la presse.

Le ministre a reconnu que la résistance avait été «plus forte que prévue».

Les islamistes somaliens shebab ont assuré au contraire que l'agent des services spéciaux français, qu'ils détiennent depuis plus de trois ans, était «toujours en sécurité, loin du lieu de bataille», et qu'il serait jugé «dans les deux jours».

Il apparaît en tout cas que l'opération menée par les équipes de la DGSE (services spéciaux et de renseignement) dans la localité de Bulomarer, dans le sud de la Somalie, pour libérer leur camarade a été un échec.

Un soldat français a été tué dans les combats et un autre est «porté disparu», a indiqué le ministre français de la Défense. Dix-sept «terroristes» ont été tués dans les combats, toujours selon le ministère français de la Défense.

Le président François Hollande a reconnu que l'opération en Somalie pour tenter de libérer un otage français n'avait «pas pu aboutir», mais a souligné qu'elle «confirme la détermination de la France à ne pas céder au chantage des terroristes».

«Cette opération n'a pas pu aboutir malgré le sacrifice de deux de nos soldats et sans doute l'assassinat de notre otage», a-t-il déclaré.

Les shebab ont affirmé détenir un membre du commando français. «Le soldat français blessé est maintenant sous la garde des Moudjahidine», affirme le mouvement islamiste, rallié à Al-Qaïda, dans son communiqué parvenu à l'AFP.

Un habitant de Bulomarer a indiqué samedi à l'AFP avoir vu le corps sans vie d'un homme blanc.

«Ce matin nous avons vu plusieurs cadavres y compris celui d'un homme blanc. Trois civils ont également été tués dans l'échange de coups de feu», a rapporté au téléphone à l'AFP Idris Youssouf.

Ces trois civils sont une femme et son enfant tués par des balles perdues, à leur domicile, et le gardien du marché local, selon la radio locale indépendante Al Furqan.

L'attaque a été menée par une cinquantaine de commandos du service action (SA) de la DGSE à bord d'au moins cinq hélicoptères du GAM 56 «Vaucluse» (unité d'hélicoptères et d'avions de l'armée de l'air dédiée à la DGSE) et du Commandement des opérations spéciales (COS), selon une source dans les milieux du renseignement français.

L'opération a commencé à 2 h locales samedi, et les affrontements ont duré 45 minutes, selon les shebab. «Le commando de la DGSE a fait face d'emblée à une forte résistance», a souligné le ministère français de la Défense.

Menaces de représailles islamistes

L'opération visait à libérer un agent de la DGSE détenu en Somalie depuis le 14 juillet 2009 par les shebab. Cet agent, présenté par les autorités françaises comme Denis Allex - a priori un pseudonyme - avait été enlevé à Mogadiscio avec un autre agent qui a, lui, recouvré la liberté en août 2009.

Le raid est survenu alors que la France a annoncé au même moment avoir apporté un soutien militaire au gouvernement du Mali contre un autre mouvement jihadiste lié à Al-Qaïda, qui occupe le nord de ce pays depuis neuf mois.

L'environnement était a priori difficile pour cette opération de libération: Bulomarer, au sud de la capitale Mogadiscio, est une localité située dans une zone très arborée et habitée, selon des témoins sur place.

Les responsables shebab affirment qu'ils ont de plus pu mobiliser rapidement leurs combattants basés dans un camp d'entraînement voisin.

Plusieurs heures après l'opération, «de nombreux combattants shebab patrouillaient» dans la ville à bord de véhicules armés, a rapporté au téléphone Mohamed Shueyb.

Les islamistes ont menacé la France de représailles. «En fin de compte, ce seront les citoyens français qui goûteront inévitablement aux conséquences amères de l'attitude inconséquente de leur gouvernement à l'égard des otages», ont-ils assuré dans leur communiqué.

Les shebab ont perdu tous leurs principaux bastions dans le sud et le centre de la Somalie, à la suite d'une offensive menée depuis un an et demi par une force de l'Union africaine (AMISOM) renforcée par un contingent kényan ainsi que par un corps expéditionnaire éthiopien et par l'embryon d'armée nationale somalienne.

Les islamistes contrôlent cependant encore certaines parties rurales du sud et du centre du pays.

L'agent de la DGSE faisait partie de neuf Français, au total, retenus en otage à l'étranger, tous sur le sol africain, dont au moins six sont détenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) au Sahel.

Le 4 octobre dernier, Denis Allex était apparu, pâle et les yeux cernés, dans une vidéo où il avait lancé un «message de secours» au président Hollande, qu'il pressait d'oeuvrer à sa libération.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer