Saint-Pétersbourg interdit la «propagande homosexuelle»

L'homophobie est largement répandue en Russie. L'homosexualité y... (Photo: Mikhail Metzel, Archives AP)

Agrandir

L'homophobie est largement répandue en Russie. L'homosexualité y était considérée comme un crime jusqu'en 1993, et comme une maladie mentale jusqu'en 1999, bien après la chute du régime soviétique en 1991. Ci-dessus, le militant pour les droits des gais Nikolai Alexeyev est arrêté par les policiers lors d'une manifestation près de l'hôtel de ville de Moscou, en 2010.

Photo: Mikhail Metzel, Archives AP

Agence France-Presse
Moscou

L'assemblée municipale de Saint-Pétersbourg a adopté définitivement mercredi un projet de loi punissant la «propagande homosexuelle» à l'adresse de mineurs, un texte à valeur locale, controversé en Russie et critiqué par les États-Unis après sa première adoption en novembre.

La loi, adoptée en troisième et dernière lecture par 29 voix contre 5, punit les auteurs de tout «acte public» de promotion de l'homosexualité, de la bisexualité ou de la transexualité, commis à l'adresse de mineurs.

Les personnes physiques encourent une amende allant jusqu'à 3000 roubles (99 $). De leur côté, les organisations risquent entre 10 000 (329 $) et 50 000 roubles (1976 $).

Pour l'incitation à la pédophilie, l'amende maximale atteint un million de roubles (32 930 $).

Le projet de loi ne définit néanmoins pas le terme «d'acte public». Et les défenseurs des droits de l'homme craignent dès lors qu'il puisse être utilisé pour réprimer les manifestations en faveur des droits des homosexuels, qui sont régulièrement interdites dans le pays «Cette loi est une honte», a déclaré Olga Galkina, une représentante du parti d'opposition libérale Iabloko à Saint-Pétersbourg.

Mais le texte a été soutenu par le gouverneur de la deuxième ville de Russie, Guennadi Poltavchenko, nommé par le Kremlin.

Ses auteurs, membres du parti au pouvoir Russie unie, ont affiché l'intention de faire voter une loi équivalente au niveau national.

Des législations du même type ont déjà été adoptées dans plusieurs autres régions russes.

Les États-Unis ont exprimé à plusieurs reprises leur réprobation à propos d'une législation constituant selon eux une atteinte aux libertés individuelles.

La Russie a rejeté toute «ingérence» dans ses affaires intérieures.

L'homophobie est largement répandue en Russie. L'homosexualité y était considérée comme un crime jusqu'en 1993, et comme une maladie mentale jusqu'en 1999, bien après la chute du régime soviétique en 1991.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer