L'agresseur de Berlusconi accusé de «blessures aggravées préméditées»

Berlusconi après avoir été agressé avec une statuette... (Photo AP/Rai)

Agrandir

Berlusconi après avoir été agressé avec une statuette au socle métallique. À droite, son agresseur, un homme de 42 ans, soigné pour des problèmes mentaux.

Photo AP/Rai

Agence France-Presse
Rome et Milan

L'homme qui a attaqué dimanche soir le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a été accusé officiellement de «blessures aggravées préméditées» par le procureur Armando Spataro, chargé des affaires de terrorisme au parquet de Milan (nord), a indiqué l'agence Ansa.

Massimo Tartaglia, 42 ans, qui est soigné depuis une dizaine d'années pour des problèmes mentaux, selon la même source, a agressé Silvio Berlusconi avec une statuette, une réplique miniature du Dôme de Milan, qui avait un socle métallique.

Le magistrat a considéré qu'il y avait préméditation car Massimo Tartaglia avait également un crucifix et un spray lacrymogène dans la poche de son blouson.

Interpellé dans un premier temps, il a été mis en état d'arrestation à l'issue de l'interrogatoire, a ajouté l'agence.

Des images filmées par la télévision italienne

M. Berlusconi, 73 ans, a été touché à la tête par son agresseur mais il n'a pas perdu connaissance. Les photos le montrent le visage tuméfié, couvert de sang. Le chef du gouvernement devra rester vingt-quatre heures en observation à l'hôpital.

«Je vais bien, je vais bien», a-t-il répété en sortant de la salle des urgences alors qu'on le transportait dans sa chambre d'hôpital, selon des sources citées par l'agence italienne Ansa.

«Le président est apparu secoué et abattu, mais il réagit avec son tempérament habituel», a fait savoir le directeur de la Communication de l'hôpital San Raffaele, selon lequel M. Berlusconi souffre de «contusions importantes au visage, avec une blessure interne et externe de la lèvre supérieure et deux dents fracturées». Une radio pratiquée sur le Cavaliere a également fait apparaître une petite fracture du nez.

L'homme arrêté, Massimo Tartaglia, 42 ans, a été transféré à la préfecture de police. Sur les images diffusées par les télévisions, il a l'air complètement hébété pendant que les policiers l'emmènent en le protégeant de la foule en colère. Selon Ansa, il était soigné depuis dix ans pour problèmes mentaux et était inconnu des services de police.

L'agression s'est produite à la sortie d'un meeting du Parti du peuple de la liberté (PDL) au cours duquel Silvio Berlusconi avait été contesté par des jeunes gens qui l'avaient conspué et sifflé, le traitant de «bouffon».

Le chef du gouvernement avait répliqué en leur lançant avec force à plusieurs reprises : «Honte à vous».

Une altercation s'était ensuite produite entre ces contestataires et les jeunes membres du service d'ordre, obligeant la police à intervenir.

Le président de la République Giorgio Napolitano a «fermement condamné ce grave geste d'agression».

«C'est un geste inqualifiable que je condamne fermement», a aussi réagi Pier Luigi Bersani, leader du Parti démocrate (PD, principal parti d'opposition).

Selon le ministre de la Culture, Sandro Bondi, l'agression contre Silvio Berlusconi est le fruit d'une «longue campagne de haine» contre le chef du gouvernement, menée «par certains secteurs de la politique et des médias».

«C'est un acte de terrorisme», a renchéri son principal allié Umberto Bossi, chef du parti populiste de la Ligue du Nord.

Cette «violente agression constitue un épisode d'une singulière et exécrable gravité», a estimé de son côté la Conférence épiscopale italienne, qui a souhaité «un climat culturel plus serein et respectueux» dans le pays.

Au cours du meeting, Silvio Berlusconi s'en était pris à la gauche qui sème «la haine et l'envie», aux medias, accusés de répandre «mensonges et calomnies», et aux «juges politisés».

M. Berlusconi, dont l'immunité pénale a été annulée en octobre, est sous le coup de deux procès, l'un pour faux en bilan et l'autre pour corruption de témoins.

La semaine dernière, quelque 350.000 personnes ont défilé dans les rues de Rome pour réclamer sa démission, lors d'un «No Berlusconi Day».

«La gauche veut faire de moi un monstre. Mais je ne suis pas un monstre parce que je suis beau et que je suis un bon garçon», avait-il lancé lors du meeting avec un large sourire.

Il avait été victime d'une agression semblable il y a plusieurs années à Rome lorsqu'un jeune homme lui avait jeté le trépied d'un appareil photo, lui ouvrant le cuir chevelu à la base du crâne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer