L'Oklahoma va exécuter ses condamnés par inhalation forcée d'azote

L'Oklahoma a connu plusieurs exécutions ou tentatives d'exécution... (PHOTO AP)

Agrandir

L'Oklahoma a connu plusieurs exécutions ou tentatives d'exécution controversées ces dernières années.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

L'État de l'Oklahoma a annoncé qu'il allait désormais exécuter ses condamnés à mort par inhalation forcée d'azote, une méthode jamais utilisée dans le pays et qui suscite des inquiétudes.

L'annonce a été faite par Mike Hunter, le procureur général de cet État du sud conservateur.

«Nous avons opté pour cette méthode, car il est établi que les États dans tout le pays éprouvent de grandes difficultés à se procurer des substances pour les injections létales», a justifié M. Hunter en conférence de presse.

Cette pénurie, qui dure depuis des années, s'explique par le refus des firmes pharmaceutiques, pour la plupart européennes, d'approvisionner en produits mortels les prisons américaines.

Quelques États américains disposent encore aujourd'hui de la possibilité d'exécuter leurs condamnés à mort dans une chambre à gaz, comme alternative à l'injection létale. Depuis 1976, 11 condamnés ont été exécutés dans une chambre à gaz, selon le Centre d'information sur la peine de mort (DPIC).

Mais l'inhalation forcée d'azote, un gaz inerte, n'a jamais été employée. Cette méthode, utilisée pour l'abattage d'animaux, provoque le décès par hypoxie (raréfaction d'oxygène).

Dale Baich, un avocat représentant des condamnés à mort de l'Oklahoma, a appelé mercredi les autorités pénitentiaires de l'État à la «prudence» et à la «complète transparence» sur ce nouveau protocole de mise à mort. L'Oklahoma a connu plusieurs exécutions ou tentatives d'exécution controversées ces dernières années.

«Qui sont les experts en azote et en hypoxie par l'azote qui vont être consultés? Quelles sont les études menées par l'État pour s'assurer de la sécurité et de la légalité de ce nouveau processus?», a questionné M. Baich.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer