Démission d'un élu démocrate du Congrès accusé de harcèlement sexuel

«Je prends ma retraite aujourd'hui», a déclaré John... (PHOTO AFP)

Agrandir

«Je prends ma retraite aujourd'hui», a déclaré John Conyers, 88 ans, sur une radio locale de Detroit.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ivan Couronne
Agence France-Presse
Washington

Le doyen de la Chambre des représentants américaine, le démocrate John Conyers, a cédé aux pressions de son parti mardi et annoncé sa démission, après avoir été accusé de harcèlement sexuel par d'anciennes collaboratrices.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

À 88 ans, ce champion de la lutte pour les droits civiques des Noirs met fin dans la controverse à une longue carrière politique qui l'a vu côtoyer des figures telles que Martin Luther King Jr. et Rosa Parks. Il représentait une circonscription de Detroit depuis 1965, faisant de lui, de loin, le doyen de la chambre basse du Congrès.

Plutôt que de parler de démission, il a employé l'euphémisme du départ à la retraite.

«Je prends ma retraite aujourd'hui», a déclaré John Conyers, 88 ans, sur une radio locale de Detroit, depuis l'hôpital où il a été admis, selon son entourage, la semaine dernière. «Mon influence continuera à travers mes enfants», a insisté l'octogénaire, en adoubant son fils, John Conyers III, pour le remplacer (son neveu, Ian Conyers, a également annoncé sa candidature).

Plus tard, sa collègue Sheila Jackson Lee a lu une lettre de lui dans l'hémicycle de la Chambre.

«Dans l'environnement actuel, je n'aurais pas le droit à une procédure équitable», plaide-t-il. «Une grande femme, ma mère, m'a appris à respecter les femmes. La première personne que j'ai embauchée s'appelait Rosa Parks, elle a travaillé 22 ans pour moi», a-t-il aussi écrit.

Le parlementaire nie les allégations à son encontre, formulées depuis deux semaines par au moins cinq femmes ayant travaillé à son service il y a plusieurs années. Outre des gestes déplacés, l'élu aurait fait des avances sexuelles. Il a signé un règlement à l'amiable avec l'une d'elles, sans admettre de culpabilité.

Il est le premier des quatre parlementaires actuellement accusés de harcèlement sexuel à avoir démissionné.

Les représentants démocrate Ruben Kihuen et républicain Blake Farenthold sont accusés de harcèlement, et le sénateur démocrate Al Franken de gestes déplacés, ainsi que d'un baiser forcé avant qu'il ne soit élu.

Séparément, un élu républicain, Joe Barton, a annoncé qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat en novembre 2018, après qu'une photo nue de lui a circulé sur internet.

Roy Moore... (ARCHIVES AP) - image 2.0

Agrandir

Roy Moore

ARCHIVES AP

La question Roy Moore

La vague d'accusations contre ces élus, et d'autres non nommés, a donné l'impulsion à des réformes pour lutter contre le harcèlement au sein de l'institution. Les élus ont déjà adopté le principe d'une formation obligatoire, tant pour les parlementaires que les employés.

Le malaise au sein du parti démocrate était particulièrement visible. La chef des démocrates de la Chambre, Nancy Pelosi, a mis plusieurs jours à publiquement demander à John Conyers de démissionner. Elle a adressé la même injonction à Ruben Kihuen, 37 ans.

«Tolérance zéro, cela veut dire des conséquences pour tout le monde. Quelle que soit la carrière, cela ne peut donner un permis de harceler ou discriminer; c'est même encore plus décevant», a déclaré Nancy Pelosi la semaine dernière.

«Le courage des femmes qui ont témoigné illustre les progrès accomplis par notre pays pour devenir un lieu de tolérance, de respect, de compréhension et de justice pour chacun», a dit mardi l'élu démocrate Jerrold Nadler.

Le parti républicain, de son côté, doit également gérer le scandale autour de son candidat à la sénatoriale de l'Alabama, mardi prochain, Roy Moore.

Cet ancien magistrat ultraconservateur, défenseur assumé de l'influence de la religion en politique, est accusé depuis bientôt un mois par plusieurs femmes d'attouchements dans les années 1970 et 1980, alors qu'elles étaient mineures. Il avait également l'habitude de faire la cour à des adolescentes et de les emmener dîner ou en sortie.

Chefs et sénateurs républicains ont initialement coupé les ponts avec lui, l'appelant à se désister. Mais après avoir tergiversé pendant plusieurs semaines, et face à la détermination de Roy Moore à ne pas abandonner, le président Donald Trump a fini par appeler à voter pour lui, lundi, afin de garder le siège dans le camp républicain.

Les robinets financiers du parti républicain, qui s'étaient fermés, ont également rouvert, selon plusieurs médias américains. Un calcul politique dont les démocrates ne manqueront pas de remémorer les Américains, lors des prochaines échéances électorales.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer