Une nouvelle accusatrice contre un candidat controversé au Sénat

Ancien haut magistrat de l'Alabama et champion de... (PHOTO AP)

Agrandir

Ancien haut magistrat de l'Alabama et champion de la droite religieuse, Roy Moore est soutenu par l'ex-conseiller présidentiel Stephen Bannon.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Une nouvelle femme est sortie de l'ombre mercredi pour accuser Roy Moore, candidat républicain au Sénat dans l'Alabama, de geste déplacé il y a un quart de siècle, selon le site d'informations local AL.com.

Les faits remontent à 1991, quand Roy Moore était un avocat d'une quarantaine d'années, marié. Tina Johnson, alors âgée de 28 ans, était venue le voir pour une affaire de garde d'enfant. En la raccompagnant à la porte, il lui a mis une main aux fesses.

«Il ne les a pas pincées, il les a attrapées», a raconté Tina Johnson.

Son témoignage s'ajoute à ceux de plusieurs femmes ayant côtoyé Roy Moore à partir de la fin des années 1970 dans l'Alabama, et qui ont rapporté des faits allant de baisers à des agressions sexuelles et attouchements, pour deux d'entre elles, la plus jeune étant alors âgée de 14 ans.

Roy Moore a été lâché par les chefs républicains du Congrès ainsi que de nombreux sénateurs de son parti, mais il refuse de se désister pour l'élection du 12 décembre, niant toute agression sexuelle et dénonçant une cabale politique.

Dans le même article sur AL.com, une autre femme, Kelly Harrison Thorp, raconte qu'en 1982 Roy Moore lui a proposé de sortir ensemble un jour, bien qu'elle ne soit alors qu'une étudiante de 17 ans.

«Vous savez quel âge j'ai?» lui a-t-elle rétorqué. «Il m'a répondu, «Oui, je sors souvent avec des filles de ton âge»».

Le candidat, ancien haut magistrat de l'Alabama et champion de la droite religieuse, est soutenu par l'ex-conseiller présidentiel Stephen Bannon. Mais Donald Trump lui-même n'est pas encore intervenu personnellement.

En attendant, l'avocat de Roy Moore a contre-attaqué mercredi contre une autre femme, Beverly Nelson, qui a accusé lundi l'ancien procureur d'agression sexuelle dans une voiture en 1978, alors qu'elle était une serveuse de 16 ans. Lors d'une conférence de presse, Philip Jauregui a mis en cause l'authenticité de la signature de Roy Moore sur un album-souvenir de lycée présenté par cette dernière pour prouver qu'elle le connaissait bien à l'époque.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer