Partielles: les républicains mordent la poussière en Virginie et au New Jersey

Le candidat républicain au poste de gouverneur de... (PHOTO Alex Brandon, AP)

Agrandir

Le candidat républicain au poste de gouverneur de la Virginie, Ed Gillespie

PHOTO Alex Brandon, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le parti républicain du président américain Donald Trump a essuyé plusieurs défaites lors d'élections locales ayant pris l'allure de référendum contre le milliardaire, qui célèbre mercredi le premier anniversaire de son élection.

Le candidat démocrate au poste de gouverneur de... (PHOTO ARCHIVES AFP) - image 1.0

Agrandir

Le candidat démocrate au poste de gouverneur de la Virginie, Ralph Northam

PHOTO ARCHIVES AFP

Les candidats démocrates au poste de gouverneur en Virginie et dans le New Jersey ont tous les deux battu des candidats républicains qui, s'ils avaient gardé leurs distances avec Donald Trump, avaient repris à leur compte son vocabulaire et ses idées, liant par exemple immigration clandestine et criminalité.

Dans le Maine, les électeurs ont approuvé par référendum l'élargissement du programme public de couverture maladie pour les plus modestes, validant un volet de la réforme de Barack Obama. Et, sans surprise, le maire démocrate de New York Bill de Blasio a été facilement réélu avec plus de 65% des voix.

Les enjeux locaux ont bien sûr aussi pesé dans ces scrutins. Près de la moitié des électeurs de Virginie ont dit n'avoir pas voté en fonction du dirigeant, selon les sondages de sorties des urnes. La Virginie penchait depuis des années du côté démocrate. Dans le New Jersey, l'impopularité du gouverneur républicain sortant, Chris Christie, a pesé sur la candidate républicaine, qui était vice-gouverneure.

Mais les démocrates peuvent se réjouir d'avoir su mobiliser leurs troupes en force. En Virginie, les électeurs qui se définissent comme «progressistes» représentaient 28% des électeurs contre 20% il y a quatre ans. La proportion de votants conservateurs a baissé.

Des signes encourageants pour ceux qui préparent la reconquête en 2018, à l'occasion des élections législatives nationales de mi-mandat.

«Les électeurs ont rejeté l'agenda Trump-Pence», s'est félicité le président du parti démocrate, Tom Perez. «Les succès de ce soir ne sont que le début», a-t-il dit.

«Ce soir, le New Jersey a envoyé un message sans équivoque à tout le pays: nous valons mieux que cela», a déclaré Phil Murphy, vainqueur dans le New Jersey, soulignant qu'il s'agissait des premières élections majeures depuis la victoire de Donald Trump.

Depuis la Corée du Sud, le successeur de Barack Obama a expliqué que le perdant de Virginie, Ed Gillespie, aurait dû clairement faire campagne comme un proche allié, au lieu de rester ambigu.

«Ed Gillespie a travaillé dur mais ne s'était pas pleinement associé à moi ni à mes idées», a écrit le dirigeant sur Twitter.

Trump célèbre ses 1 an

En Virginie, la campagne avait pris un tour virulent, des publicités républicaines ayant accusé le démocrate, le médecin Ralph Northam, de faire le jeu du gang MS-13 par ses positions sur l'immigration clandestine. Le sort des statues célébrant les héros sudistes de la guerre de Sécession avait également été un sujet de campagne.

Finalement, Ralph Northam a facilement gagné, avec 53,9% des voix contre 45% pour Ed Gillespie. Les sondages avaient anticipé cette victoire, mais pas avec une avance aussi confortable.

Le résultat de mardi pose un dilemme pour les futurs candidats républicains: faut-il se distinguer de Donald Trump, au risque de se couper de leur base électorale, ou épouser son programme et risquer de perdre des voix au centre?

«Trump occupe tellement d'espace dans la politique américaine qu'il est difficile pour les républicains de s'en dissocier», dit à l'AFP le professeur de science politique Michael McDonald, de l'Université de Floride.

Le prochain test électoral aura lieu lors d'une élection sénatoriale dans l'Alabama le 12 décembre, où le républicain est favori. Puis viendra la saison des primaires en 2018, avant les élections législatives nationales dans un an.

Danica Roem... (PHOTO ARCHIVES REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Danica Roem

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Élection d'une première femme trans

La candidate démocrate Danica Roem a écrit une page d'histoire mardi dans l'État américain de Virginie en devenant la première femme ouvertement trans élue à son assemblée locale, à l'issue d'une campagne qui a attiré les projecteurs de tout le pays.

Selon des résultats quasi-complets, Danica Roem, 33 ans, a remporté 55% des voix contre le républicain sortant, Robert Marshall, un conservateur opposé aux droits LGBT, et qui refusait obstinément de désigner son adversaire par le pronom «elle». Il occupait le siège depuis 26 ans.

Danica Roem deviendra ainsi la première personne transgenre à siéger à l'Assemblée générale de la Virginie, représentant une petite circonscription autour de la ville de Manassas. Cette assemblée vote les lois locales, au niveau de l'État.

Selon le Victory Fund, une organisation qui finance des candidats LGBT, elle sera même la seule personne ouvertement trans à siéger dans une assemblée locale dans l'ensemble des 50 États américains.

Cette ancienne journaliste ne souhaitait pas entrer en politique en tant que symbole LGBT, et avait fait campagne exclusivement sur des problématiques locales, à commencer par les embouteillages sur le principal axe routier traversant sa circonscription.

«Seul un tout petit nombre de gens ont dit à mes bénévoles et collaborateurs qu'ils ne voteraient pas pour moi car je suis transgenre», a-t-elle dit à l'AFP en octobre.

Mais sa candidature avait suscité un élan de soutien national, et les dons avaient afflué de tout le pays.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer