Washington s'oppose à une levée de son embargo contre Cuba

L'embargo économique et financier américain pèse sur Cuba... (PHOTO ADALBERTO ROQUE, ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'embargo économique et financier américain pèse sur Cuba depuis 1959.

PHOTO ADALBERTO ROQUE, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NATIONS UNIES

L'Assemblée générale de l'ONU a adopté mercredi, comme chaque année depuis 1991, une résolution non contraignante appelant les États-Unis à lever leur embargo économique et financier sur Cuba, Washington, isolé, votant contre en réclamant des progrès démocratiques.

La résolution a été approuvée par 191 pays, deux ont voté contre, États-Unis et Israël.

L'année dernière, Washington s'était abstenu pour la première fois en un quart de siècle, après le rapprochement historique opéré en 2014 par l'ex-président démocrate Barack Obama avec La Havane, réchauffant les relations diplomatiques et assouplissant l'embargo commercial.

Dénonçant une «pièce de théâtre politique», l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, a affirmé que «chaque année, l'Assemblée générale de l'ONU perdait son temps à examiner cette résolution».

Les États-Unis «ne craignent pas l'isolement», sont opposés à cette résolution et continueront d'avoir cette attitude «tant que le peuple cubain sera privé de ses droits», a-t-elle ajouté. «Le blocus de Cuba est inscrit dans la loi américaine et seul le Congrès américain a le pouvoir d'y mettre fin», a précisé Nikki Haley. Elle a critiqué «l'état déplorable de l'économie cubaine» et «l'oppression du peuple» cubain, qui doit avoir le droit «de s'exprimer librement» et «de choisir ses responsables politiques».

Le Département d'État avait annoncé mardi que les États-Unis voteraient contre la résolution présentée par Cuba. «La politique de (Donald) Trump sur Cuba met l'accent sur la progression des droits de l'homme et la démocratie à Cuba tout en maintenant les engagements qui servent les intérêts nationaux des États-Unis», a expliqué le Département d'État.

Lors du débat avant le vote, le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, a vivement critiqué «les déclarations irrespectueuses» de Nikki Haley, dotée de «beaucoup de cynisme», estimant que son pays «foulait aux pieds la charte des Nations unies». «Les États-Unis sont seuls dans ce dossier contre Cuba», a-t-il lancé.

La Russie a aussi déploré un «recul évident» et une «rhétorique belliqueuse» des États-Unis, tandis que la Chine critiquait également la position américaine.

L'embargo économique et financier américain pèse sur Cuba depuis 1959.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer