Des médecins racontent la désolation à Porto Rico après l'ouragan Maria

Maria a frappé l'île de Porto Rico le... (Photo Carlos Garcia Rawlins, archives REUTERS)

Agrandir

Maria a frappé l'île de Porto Rico le 20 septembre dernier.

Photo Carlos Garcia Rawlins, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jennie MATTHEW
Agence France-Presse
New York

La situation à Porto Rico reste critique, plus de cinq semaines après le passage dévastateur de l'ouragan Maria, raconte une équipe médicale new-yorkaise de retour de cette île américaine des Caraïbes où près de 80% de la population est toujours sans électricité.

Kevin Munjal, professeur urgentiste, et Stacey Conklin, infirmière, faisaient partie d'une équipe envoyée deux semaines par l'organisation Mount Sinai Health System. Ils ont travaillé chaque jour, pendant douze heures consécutives, et dormi sous une tente.

Un séjour qui leur a permis de constater le désarroi de la population de la région particulièrement affectée de Fajardo, dans l'est de cette île de 3,5 millions d'habitants.

Lorsque le générateur de l'hôpital où ils travaillaient est tombé en panne, ils ont utilisé des respirateurs manuels, pour oxygéner les patients placés sous respiration artificielle, explique Mme Conklin.

Ils ont traité quelque 1600 patients, le plus souvent pour des coupures de machettes ou de scies électriques subies en nettoyant les débris, des blessures dues à des générateurs qui tombent sur les pieds ou des brûlures au kérosène.

«Les gens nous racontaient que pour arriver à la route principale, ils devaient se frayer un chemin à la machette», raconte M. Munjal.

À cause du manque d'eau propre, les maladies virales ou bactériennes comme la conjonctivite ou des infections gastro-intestinales se répandent à toute vitesse dans les refuges surpeuplés.

Beaucoup de médicaments manquent et l'absence d'électricité complique considérablement les soins à domicile, surtout pour ceux souffrant de maladies chroniques.

«Coeur brisé»

«Quand on pourra rétablir l'électricité, cela résoudra beaucoup de problèmes», souligne M. Munjal. «L'électricité et l'eau potable feront plus pour la santé publique que de nouvelles tentes médicalisées».

Il raconte avoir eu «le coeur brisé» en voyant une sexagénaire, un genou souffrant d'arthrose, souffrir le martyre car obligée de «faire la queue pour obtenir des produits de base». Faute d'ascenseur à cause de l'absence d'électricité, elle a dû descendre puis remonter les 16 étages de son bâtiment.

Certains patients sans assurance santé peuvent certes bénéficier d'une assistance médicale d'urgence, mais d'autres sont contraints d'utiliser leurs maigres ressources pour acheter nourriture et eau potable.

La gestion par l'administration américaine après l'ouragan Maria, qui a fait au moins 48 morts et laminé bâtiments et infrastructures, a été vivement critiquée par l'opposition démocrate. Surtout que juste avant, les autorités avaient déployé des moyens très importants pour aider les victimes de l'ouragan Harvey au Texas et d'Irma en Floride.

Maria a frappé l'île le 20 septembre.

«Je me demande ce qui se passerait si un État américain devait se passer d'électricité 36 jours durant (...). Les gens seraient scandalisés», a souligné jeudi le gouverneur de l'État de New York, Andrew Cuomo, après une visite éclair sur l'île.

Porto Rico n'est pas un État mais un territoire américain, et ses habitants n'ont pas le droit de vote à l'élection présidentielle.

Mme Conklin confirme cependant les immenses problèmes logistiques auxquels se heurtent les équipes fédérales de secours, aggravés par un réseau téléphonique défaillant: «Honnêtement, ils faisaient de leur mieux, mais savoir si les gens s'en rendent compte, c'est une autre histoire».




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer