Fusillade de Las Vegas: 45 blessés toujours à l'hôpital

Paola Bautista a été blessée durant le concert... (REUTERS)

Agrandir

Paola Bautista a été blessée durant le concert de Las Vegas.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Quarante-cinq personnes étaient toujours hospitalisées vendredi, dont plusieurs dans un état grave, après la fusillade qui a fait 58 morts et près de 550 blessés lors d'un concert à Las Vegas le 1er octobre, selon le shérif Joe Lombardo.

Lors de la même conférence de presse, l'agent de la police fédérale (FBI) Aaron Rouse chargé de l'enquête sur ce drame perpétré par Stephen Paddock, un riche comptable retraité de 64 ans, a indiqué qu'aucun élément mis à jour à ce stade ne permettait de conclure qu'il avait été motivé «par une idéologie ou une affiliation à un groupe quelconque».

Le groupe djihadiste État islamique (EI) avait rapidement revendiqué la fusillade à Las Vegas, dans le Nevada, affirmant que Paddock était l'un de ses «soldats».

Paddock, qui s'est suicidé dans les minutes ayant suivi le carnage, avait transporté un véritable arsenal dans sa chambre au 32e étage de l'hôtel Mandalay Bay d'où il a tiré sur une foule de 22 000 personnes venues assister à un concert de musique country.

Il a tué 58 personnes et, selon un bilan actualisé vendredi par M. Lombardo, en a blessé 546. Il a indiqué que 501 personnes avaient pu sortir de l'hôpital mais que 45 s'y trouvaient toujours, dont un nombre non précisé dans un état grave.

Le shérif du comté de Clark, où se trouve Las Vegas, a également modifié la chronologie des événements: l'agent de sécurité du Mandalay Bay Jesus Campos a été blessé par Paddock devant sa chambre «très proche de 22H05» - heure à laquelle il a commencé à tirer sur la foule -, en non à 21H59 comme indiqué auparavant.

Par ailleurs, les autorités pensent que Paddock a «intentionnellement» visé de gros réservoirs de kérosène situés sur l'aéroport McCarran de Las Vegas, a ajouté M. Lombardo, soulignant qu'il y avait peu de risques que des balles fassent exploser ce type de carburant.

Des centaines d'employés du FBI sont encore mobilisés sur l'enquête mais les autorités semblent -publiquement du moins - être loin d'avoir déterminé les motivations du tireur.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer