Les républicains de l'Alabama rejettent le candidat de Donald Trump

Luther Strange et le président américain Donald Trump... (PHOTO Marvin Gentry, REUTERS)

Agrandir

Luther Strange et le président américain Donald Trump lors d'un rassemblement partisan vendredi dernier.

PHOTO Marvin Gentry, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ivan Couronne
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le président américain Donald Trump a reçu un camouflet mardi des électeurs républicains de l'Alabama, qui ont boudé son candidat lors d'une élection primaire sénatoriale aux conséquences nationales.

Roy Moore... (PHOTO Brynn Anderson, AP) - image 1.0

Agrandir

Roy Moore

PHOTO Brynn Anderson, AP

Alors que le dirigeant avait mis tout son poids derrière le sénateur sortant Luther Strange, soutenu par les caciques du parti, les républicains lui ont préféré le magistrat chrétien ultra-conservateur et controversé Roy Moore.

Selon les résultats définitifs, Roy Moore l'a emporté par 54,9% des voix contre 45,1% pour Luther Strange.

«Grâce à vous, ce soir l'establishment a été battu dans l'Alabama!» s'est félicité le vainqueur dans un tweet.

«Félicitations à Roy Moore pour sa victoire à la primaire républicaine», a rapidement tweeté Donald Trump. «Luther Strange a commencé loin et est bien remonté. Roy, gagne en décembre!», a-t-il ajouté, l'élection sénatoriale elle-même contre le candidat démocrate ayant lieu le 12 décembre.

Paradoxe de ce scrutin, des figures du «trumpisme» soutenaient le juge Moore, à commencer par Steve Bannon, ex-conseiller du président évincé en août de la Maison-Blanche, et qui s'est donné comme mission de sauver le trumpisme originel d'un dévoiement par les républicains traditionnels. L'ancienne candidate à la vice-présidence Sarah Palin l'épaulait également.

Le milliardaire, qui se targuait jusqu'à présent d'avoir fait remporter plusieurs élections législatives partielles, se retrouve néanmoins dans la position redoutée d'avoir misé sur un «loser».

Selon le site d'informations ProPublica qui inventorie les tweets du président, plusieurs de ses anciens tweets soutenant Strange ont disparu.

Le scrutin illustre aussi la menace posée par une frange du monde conservateur, en guerre ouverte avec l'establishment du parti républicain.

Steve Bannon, en particulier, a déclaré comme ennemi le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell. Les «trumpistes» lui reprochent sa proximité avec les «élites» politico-économiques, et plus généralement de vouloir modérer les idées du locataire de la Maison-Blanche.

Anticipant ce revers, Donald Trump avait reconnu que la défaite de son poulain écornerait son image.

«J'ai peut-être fait une erreur, pour être honnête», a-t-il déclaré vendredi dernier, alors qu'il était venu de Washington pour une réunion de soutien. «Si Luther ne gagne pas (...) ils vont dire que le président des États-Unis n'a pas été capable de faire gagner son candidat».

Message de Bannon aux «élites»

L'affrontement était moins une bataille idéologique que de personnalités. Aucun candidat ne correspond au profil trumpiste typique, bien que chacun ait assuré vouloir défendre le président.

«Ne laissez pas la presse dire que, sous prétexte qu'il a soutenu mon adversaire, je ne le soutiens pas lui et son programme, tant que c'est constitutionnel», a lancé Roy Moore dans son discours de victoire.

Pour Steve Bannon, patron du site Breitbart, et ses alliés, la victoire du magistrat controversé est une démonstration de leur pouvoir de nuisance, et un avertissement avant les primaires du printemps prochain, en vue des législatives de novembre 2018.

Intervenant sur place mardi, il s'est vanté d'avoir lancé une «révolution» qui s'étendra «d'État en État», promettant une armée de «gens suivant le modèle de Roy Moore, qui n'ont pas besoin de lever de l'argent auprès des élites, des capitalistes et des gros bonnets de Washington, New York et la Silicon Valley».

Luther Strange, 64 ans, nommé en février par le gouverneur en raison de la vacance du siège, est un conservateur classique, lobbyiste devenu homme politique, et qui avait promis sa loyauté au milliardaire, qui désespère de voir ses réformes embourbées au Congrès.

Mieux connu localement, Roy Moore, 70 ans, a bâti sa réputation en défiant les autorités sur la place de la religion dans l'espace public.

Il a autrefois installé une statue sur les dix commandements dans son tribunal. En tant que chef du pouvoir judiciaire de l'Alabama, il s'est fait suspendre de ses fonctions pour avoir refusé de reconnaître la légalisation du mariage homosexuel.

Et il a répété mardi que son but, s'il était élu sénateur, serait de restaurer «la connaissance de Dieu dans la Constitution et au Congrès».

Désormais investi, Roy Moore affrontera en décembre le démocrate Doug Jones. Dans cet État très conservateur, il part favori, mais les démocrates voulaient croire que l'extrémisme de ses positions pourrait créer une surprise.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer