Nouvelle manif à St-Louis après l'acquittement d'un policier

Des centaines de personnes défilent depuis plusieurs jours... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Des centaines de personnes défilent depuis plusieurs jours dans les rues de la ville du Missouri, à l'appel du mouvement Black Lives Matter, qui dénonce les violences policières contre les Afro-Américains.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chicago

Des manifestants ont à nouveau défilé lundi à Saint-Louis, dans le centre des États-Unis, pour dénoncer dans le calme l'acquittement d'un policier blanc qui avait tué en 2011 un homme noir, mais les autorités locales redoutaient de nouvelles violences à la tombée de la nuit.

Des dizaines de personnes ont marché pacifiquement jusqu'à l'hôtel de ville de Saint-Louis, après des rassemblements qui ont dégénéré ces derniers jours. Quelque 250 étudiants ont également participé brièvement à la manifestation.

Au moins 80 personnes, selon la police, ont été arrêtées depuis vendredi, jour du verdict, et plusieurs membres des forces de l'ordre locales ont été blessés dans les affrontements avec les manifestants. La police a précisé n'avoir procédé a aucune arrestation lundi.

«Les journées ont été calmes, mais les nuits dévastatrices», a mis en garde lundi matin la maire, Lyda Krewson, lors d'une conférence de presse, semblant s'inquiéter de la situation à la tombée de la nuit.

«Encore une fois, un groupe de criminels a cherché à casser des vitrines et détruire des biens. Ce soir, ces criminels sont en prison», a déclaré un responsable de la police, Lawrence O'Toole. «Certains criminels s'en sont pris aux forces de l'ordre en leur lançant des pierres et des produits chimiques», a-t-il ajouté.

Mais les manifestants et des observateurs ont répondu sur les réseaux à ces accusations, en indiquant que les forces de l'ordre s'étaient montrées agressives et en assurant que les produits chimiques dont parlait la police n'étaient rien d'autre que du vinaigre de cidre de pomme utilisé pour se protéger du gaz lacrymogène.

«Selon les témoignages et les vidéos reçus, on continue de voir la police de Saint-Louis mener des opérations inacceptables, hors la loi et non constitutionnelles», a réagi l'association américaine de défense des libertés civiques (ACLU).

Jason Stockley... (REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Jason Stockley

REUTERS

Des centaines de personnes défilent depuis plusieurs jours dans les rues de la ville du Missouri, à l'appel du mouvement Black Lives Matter, qui dénonce les violences policières contre les Afro-Américains. 

Les manifestants entendent protester contre l'acquittement de Jason Stockley. En 2011, cet ancien policier blanc avait tiré et tué Anthony Lamar Smith dans la voiture de ce dernier, suspecté d'être un trafiquant de drogue, à l'issue d'une course poursuite.

Le policier était notamment accusé d'avoir déposé une arme de poing dans la voiture pour justifier son tir mortel. Plusieurs vidéos de la scène prises par des caméras de surveillance n'ont pas permis d'éclaircir ce point.

Cet acquittement fait suite à plusieurs affaires similaires, dans lesquelles des Afro-Américains ont été tués dans des circonstances controversées par des policiers blancs.

La ville a été le théâtre d'émeutes en août 2014 après la mort de Michael Brown, un jeune noir non armé abattu par la police à Ferguson, près de Saint-Louis.

Le groupe de rock irlandais U2 et le chanteur de pop britannique Ed Sheeran ont annulé leur concert ce week-end dans cette ville en raison des tensions.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer