Procès d'une ado qui a poignardé pour plaire à un personnage virtuel

Anissa Weier est accusée de tentative d'homicide volontaire.... (PHOTO AP)

Agrandir

Anissa Weier est accusée de tentative d'homicide volontaire.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chicago

Le procès d'une des deux adolescentes accusées d'avoir poignardé une camarade en 2014 pour satisfaire une créature maléfique née sur internet, s'est ouvert lundi devant un tribunal de Waukesha, dans le Wisconsin.

Anissa Weier et Morgan Geyser, âgées de 12 ans à l'époque, avaient poignardé à 19 reprises Payton Leutner dans un bois de la ville, située à environ 40 km de Milwaukee. La victime, également âgée de 12 ans, avait été laissée pour morte avant d'être découverte par un cycliste qui avait appelé les secours.

Les deux pré-adolescentes fréquentaient le site internet Creepypasta qui recense des histoires d'épouvante. Selon l'accusation, elles avaient voulu tuer pour satisfaire un personnage virtuel appelé «Slenderman», kidnappeur d'enfants selon sa légende, craignant qu'il s'en prenne à leurs familles si elles ne passaient pas à l'acte.

Les accusées se sont renvoyées la responsabilité de l'agression et ont plaidé l'aliénation mentale.

Anissa Weier est accusée de tentative d'homicide volontaire. Son procès, qui doit durer jusqu'au 21 septembre, doit déterminer si elle était responsable de ses actes et si elle doit purger sa peine dans un hôpital ou dans une prison. Si elle est jugée saine d'esprit, l'accusation a prévu de requérir 10 ans de réclusion. Dans le cas contraire, elle devrait être internée pendant au moins trois ans.

Des experts-psychiatres ont estimé qu'Anissa Weier souffrait de dépression et de trouble délirant qui l'empêchaient de différencier la réalité de la fiction, selon les médias.

Lors de l'audience de lundi, la cour présidée par le juge Michael Bohren a commencé la sélection des 16 jurés du procès. Parmi les candidats, plusieurs ont exprimé des doutes sur le système de défense de l'accusée. En plaidant l'aliénation, les gens «pensent pouvoir s'en sortir avec des peines moins graves; qu'on les mettra à l'asile quelques années et ils sortiront», a expliqué l'un d'entre eux, cité par le Milwaukee Journal-Sentinel. Ce juré potentiel a été récusé, comme d'autres sceptiques, a précisé le journal.

Morgan Geyser, qui souffre de schizophrénie, doit être jugée séparément avant la fin de l'année.

Le fait divers avait inspiré le documentaire Beware the Slenderman diffusé en 2016 sur la chaîne HBO.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer