Steve Bannon va continuer à protéger le président Trump de ses «ennemis»

Steve Bannon occupait jusqu'à mi-août le poste de conseiller... (Photo Carolyn Kaster, archives AP)

Agrandir

Steve Bannon occupait jusqu'à mi-août le poste de conseiller stratégique au sein d'une Maison-Blanche agitée par de profondes divisions.

Photo Carolyn Kaster, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Steve Bannon, ex-conseiller controversé de Donald Trump, a affirmé jeudi qu'il continuerait à «protéger» le président américain de ses «ennemis» et a attaqué la hiérarchie catholique qui serait favorable à l'immigration par «intérêt économique».

Proche de l'«alt-right», mouvance d'extrême droite américaine, Steve Bannon occupait jusqu'à mi-août le poste de conseiller stratégique au sein d'une Maison-Blanche agitée par de profondes divisions.

Il avait rejoint l'équipe de campagne du milliardaire en août 2016, inspirant au candidat républicain de nombreux positionnements nationalistes et anti-establishment.

«Je suis un combattant des rues (....) Je suis un combattant, et c'est pour cela que Donald Trump et moi on s'entend si bien», a assuré l'homme de 63 ans dans un extrait de l'émission 60 Minutes diffusé jeudi. La version complète doit être diffusée dimanche sur CBS.

«Je vais être son soutien de l'extérieur en permanence, pour le protéger, notre but est de le soutenir pour s'assurer que ses ennemis sachent qu'ils n'auront pas une cible facile», ajoute l'ancien banquier d'affaires, redevenu président exécutif de Breitbart News, site d'information proche de l'extrême droite, après son éviction.

Il prend pour exemple la polémique provoquée par les déclarations de M. Trump après les violences lors d'un rassemblement à Charlottesville, qui ont fait un mort. Le président avait affirmé que les torts se trouvaient des deux côtés, renvoyant dos à dos suprémacistes blancs et contre-manifestants.

«Je suis le seul qui ait parlé et tenté de le défendre. Quand vous vous alliez à quelqu'un, vous restez à ses côtés», assure Steve Bannon. «Si vous êtes faible, il faut démissionner», dit-il en désignant notamment Gary Cohn,  conseiller économique en chef de M. Trump, qui avait exprimé son «désarroi» après Charlottesville.

L'ex-conseiller se désolidarise également des organisateurs du rassemblement, assurant qu'il n'y a «pas de place dans la politique américaine» pour «les néo-nazis, les néo-confédérés et le (Ku Klux) Klan».

M. Bannon s'en prend aussi aux responsables de l'Église catholique américaine, qui a dénoncé l'abrogation par Donald Trump du programme «Daca», une initiative de son prédécesseur Barack Obama qui a permis de donner un statut légal temporaire à près de 800 000 jeunes venus enfants avec leurs parents, en grande majorité du Mexique.

«Les évêques ont été très mauvais», estime-t-il, expliquant qu'ils avaient «besoin des immigrés clandestins pour remplir leurs églises». Selon lui, les représentants catholiques «ont un intérêt économique dans une immigration illimitée, une immigration illégale illimitée».

«Je respecte le pape, les cardinaux et les évêques sur la doctrine, mais il s'agit là de la souveraineté d'une nation et, sur cette question, ce sont simplement des gens avec une opinion».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer