Usine de pétrochimie en feu au Texas: les produits brûlés volontairement

Les produits, du peroxyde organique, avaient été entreposés... (Photo AP)

Agrandir

Les produits, du peroxyde organique, avaient été entreposés dans neuf conteneurs de semi-remorques pour les protéger des eaux qui ont inondé le site d'Arkema à Crosby, près de Houston, lors de l'ouragan Harvey. Mais ils devaient être réfrigérés pour les empêcher de prendre feu et l'électricité avait ensuite été coupée sur le site empêchant de le faire.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le groupe chimique français Arkema a indiqué dimanche qu'il avait décidé de procéder à la destruction volontaire des produits chimiques sur son site de Crosby touché par l'ouragan Harvey, sans attendre que ceux-ci prennent feu d'eux-mêmes.

«Nous avons des preuves visuelles et évidentes selon lesquelles les produits chimiques stockés dans les remorques se décomposent mais n'ont pas atteint le seuil d'inflammabilité. Nous sommes convaincus que sans combustion de ces produits, nous ne pouvons pas déterminer si le danger est complètement écarté», a indiqué Arkema dans un communiqué.

«Compte tenu de ces éléments, nous avons pris la décision de déclencher par anticipation l'incendie des remorques en prenant toutes les mesures qui s'imposent pour une telle intervention».

Ces produits, du peroxyde organique, avaient été entreposés dans neuf conteneurs de semi-remorques pour les protéger des eaux qui ont inondé le site d'Arkema à Crosby, près de Houston, lors de l'ouragan Harvey. Mais ils devaient être réfrigérés pour les empêcher de prendre feu et l'électricité avait ensuite été coupée sur le site empêchant de le faire.

Un conteneur avait pris feu jeudi et les responsables de l'usine avaient alors indiqué qu'il était inévitable que la même chose se produise pour les huit autres.

La décision de provoquer volontairement l'incendie des conteneurs «a été prise par Arkema Inc. en étroite collaboration coordination avec les autorités. Ces mesures ne présentent pas de risque supplémentaire pour les riverains», a-t-on assuré de même source.

Un rayon de sécurité d'environ 2,5 kilomètres autour de l'usine a été décrété mercredi et la population en a été évacuée. L'usine se trouve toutefois dans une zone rurale.

«La zone d'évacuation de 1,5 miles est maintenue jusqu'à nouvel ordre», a souligné Arkema dimanche.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer