Deux psychologues du programme de torture de la CIA évitent un procès

Les deux psychologues ont expliqué ne pas être... (ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Les deux psychologues ont expliqué ne pas être responsables des décisions spécifiques d'utiliser des «techniques d'interrogatoire renforcées», comme la simulation de noyade.

ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Deux psychologues qui ont aidé à concevoir le programme d'interrogatoire de la CIA après le 11-Septembre échapperont à leur procès grâce à un accord négocié à l'amiable hors du tribunal.

Cet accord a été passé avec l'ACLU, grande organisation américaine de défense des libertés, qui avait porté plainte au nom de trois anciens prisonniers, dont l'un est mort dans une prison de la CIA suite à des interrogatoires particulièrement durs.

James Mitchell et Bruce Jessen ont été recrutés par la CIA en 2002 pour concevoir et aider à mener des interrogatoires sur des suspects capturés en Afghanistan et ailleurs.

Les deux hommes, qui ont reçu un montant de 80 millions de dollars pour leur travail, ont expliqué n'être personnellement pas responsables des décisions spécifiques d'utiliser des «techniques d'interrogatoire renforcées», comme la simulation de noyade («waterboarding») ou le fait d'attacher les détenus dans des positions douloureuses.

«Ni le Dr. Mitchell ni moi n'étions au courant, avons soutenu ou avons approuvé l'utilisation de ces méthodes non-autorisées à la base de la plainte», a déclaré Bruce Jessen dans un communiqué commun.

L'ACLU affirme que MM. Jessen et Mitchell sont responsables et ont profité financièrement de tortures illégales à l'encontre des trois plaignants: le Tanzanien Suleiman Abdullah Salim, le Libyen Mohamed Ahmed Ben Soud et l'Afghan Gul Rahman.

Les deux premiers ont été libérés après plusieurs années de détention, alors que Gul Rahman est mort d'hypothermie dans une cellule de la CIA en novembre 2002, après ce que l'ACLU a décrit comme deux semaines de «torture brutale».

L'ACLU et les avocats des plaignants n'ont pas donné plus de détails sur le règlement négocié, refusant notamment de dire s'il comprenait un accord financier.

Le procès aurait dû se tenir à partir du 5 septembre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer