Trump veut réformer l'immigration légale, la baser sur le mérite

Donald Trump livre une allocution mercredi dans la... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Donald Trump livre une allocution mercredi dans la Roosevelt Room de la Maison-Blanche, aux côtés des sénateurs républicains Tom Cotton et David Perdue, qui ont proposé un nouveau projet de loi sur l'immigration.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andrew BEATTY
Agence France-Presse
Washington

Donald Trump a apporté son soutien à une refonte du système d'immigration légale aux États-Unis, destinée à drastiquement réduire le nombre d'immigrés peu qualifiés et à baser l'attribution du permis de résidence au mérite.

La proposition de loi concoctée par les sénateurs républicains Tom Cotton et David Perdue a vocation à donner la priorité aux personnes parlant anglais et à plafonner à 50 000 par an le nombre de réfugiés obtenant l'autorisation de résider aux États-Unis.

«Cette législation représentera la plus importante réforme de notre système migratoire depuis un demi-siècle», a commenté M. Trump à la Maison-Blanche, remerciant les deux sénateurs présents à ses côtés d'avoir élaboré ce projet de loi «historique et très crucial».

Le texte a peu de chances d'être adopté par le Congrès. Il a été immédiatement rejeté par l'influent sénateur de Caroline de Sud, Lindsey Graham, qui dit être en faveur d'un système basé sur le mérite, mais juge que le projet présentée par la Maison-Blanche aurait un impact «dévastateur» sur l'économie de son État.

Cette annonce offre néanmoins à la Maison-Blanche une opportunité de montrer aux partisans du milliardaire qu'il tente de tenir ses principales promesses de campagne.

Cette loi baptisée RAISE (Reforming American Immigration for Strong Employment, ou Réformer l'immigration américaine pour un emploi fort) «va changer la façon dont les États-Unis délivrent des cartes vertes aux ressortissants d'autres pays», a ajouté M. Trump, faisant référence au permis de résident permanent «Green Card».

L'attribution de ce document très convoité sera déterminée par un système de notation, qui «avantagera les immigrés parlant anglais, pouvant subvenir financièrement à leurs besoins et à ceux de leur famille et possédant des compétences qui contribueront à notre économie», a fait savoir le républicain.

Selon la Maison-Blanche, «seulement un immigré sur quinze vient aux États-Unis sur la base de ses qualifications».

«En moyenne, un million d'immigrés sont autorisés à s'installer légalement aux États-Unis chaque année et la plupart d'entre eux sont des travailleurs peu ou pas qualifiés», a poursuivi l'exécutif. «Cet afflux revient à ajouter la population de San Francisco chaque année au pays».

«Protéger les familles américaines»

L'objectif est de réduire ce nombre environ de moitié avec ce nouveau système inspiré des dispositifs en vigueur au Canada et en Australie, ont indiqué les sénateurs.

Pour le président, la législation actuelle a «mis la pression sur les travailleurs et les contribuables américains et sur les ressources de la communauté».

«Elle a été injuste pour notre population, pour nos citoyens, pour nos travailleurs», a-t-il relevé, assurant que la réforme envisagée protègerait «les familles américaines en difficultés».

Mais, pour ses détracteurs, cette évolution législative se traduira en réalité par une baisse des salaires à cause de la réduction du nombre d'immigrés créateurs d'emplois.

L'Académie nationales des sciences a conclu, après avoir étudié des statistiques sur deux décennies, que l'impact de l'immigration sur les salaires des travailleurs natifs des États-Unis avait été «très faible».

En revanche, selon elle, «l'immigration a eu un impact globalement positif sur la croissance économique à long terme des États-Unis» même si la première génération d'immigrés a plutôt représenté un fardeau pour les ressources de la nation.

Reste que le message présidentiel va probablement réchauffer le coeur des travailleurs blancs peu qualifiés - sa base électorale - dont les salaires ont stagné et qui pensent que leur domination culturelle s'érode.

Il avait esquissé en mars, lors de son premier discours de politique générale devant les deux chambres du Congrès réunies en session commune, les contours d'une réforme du système d'immigration aux États-Unis consistant à privilégier les immigrants les plus qualifiés et à faire preuve de fermeté envers les clandestins.

M. Trump a fait de la lutte contre l'immigration illégale issue d'Amérique latine une priorité de son programme, avec notamment le projet de construction d'un mur à la frontière avec le Mexique. En particulier pour lutter contre la violence des gangs hispaniques.

Mais ce projet de limitation de l'immigration légale a peu de chances de recevoir un vaste soutien de la part des dirigeants d'entreprises et même au sein du parti républicain.

M. Cotton a présenté une première fois sa proposition de loi en février au Sénat, où elle est restée depuis dans les limbes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer