Un Trump menaçant somme les républicains de sauver la réforme de la santé

S'adressant au sénateur républicain du Nevada Dean Heller,... (PHOTO AFP)

Agrandir

S'adressant au sénateur républicain du Nevada Dean Heller, un opposant à la réforme, assis juste à côté de lui dans la salle à manger de la Maison-Blanche, Donald Trump a fait remarquer: «Il veut rester sénateur, n'est-ce pas?»

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Donald Trump a tenté mercredi de sauver sa promesse de campagne d'abroger Obamacare, maniant menaces et flatteries à l'égard des sénateurs républicains pour les convaincre de voter la réforme du système de santé avant la fin de la session parlementaire.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

Conscient que sa crédibilité est en jeu, le président américain a sommé les 49 sénateurs républicains réunis à la Maison-Blanche de tenter à nouveau d'abroger et de remplacer Obamacare et ne pas partir en vacances estivales avant d'y parvenir.

«Mon message aujourd'hui est très simple», a lancé le président américain. «Nous devons rester ici, nous ne devons pas quitter la ville, nous devons régler ça et ne pas quitter la ville.»

Les républicains promettent depuis sept ans d'en finir avec Obamacare, qui a permis à des millions d'Américains de souscrire une assurance santé, au motif que cette loi est coûteuse et intenable. Mais la défection de plusieurs d'entre eux au Sénat a pour l'instant empêché toute adoption.

Pour Donald Trump, échouer à abroger Obamacare en dépit du fait que les républicains contrôlent à la fois la Maison-Blanche et le Congrès, écornerait l'argument selon lequel il est le seul à même d'obtenir des résultats à Washington.

Quand les sénateurs sont entrés dans la salle à manger de la Maison-Blanche et ont trouvé des dossiers avec leurs noms sur la table, certains ont souri, mais beaucoup avaient le visage fermé.

Ils ont ri lorsque Donald Trump a dit en plaisantant qu'il était prêt à signer la loi pour la promulguer.

«Croyez-moi, je suis assis à ce bureau, stylo en main», a lancé le milliardaire républicain.

Mais l'ambiance s'est assombrie quand le président a laissé entendre que ceux qui se mettent en travers du projet de loi pourraient se voir opposer un adversaire soutenu par la Maison-Blanche aux prochaines élections.

S'adressant au sénateur républicain du Nevada Dean Heller, un opposant à la réforme, assis juste à côté de lui, Donald Trump a fait remarquer: «Il veut rester sénateur, n'est-ce pas?»

Le dernier plan en date des républicains est de voter pour ouvrir les débats sur une abrogation pure et simple d'Obamacare la semaine prochaine, en remettant à plus tard une réforme du système de santé sur de nouvelles bases.

Selon une nouvelle analyse du Bureau du budget du Congrès (CBO) publiée mercredi, cette abrogation augmenterait de 17 millions le nombre de personnes sans assurance santé en 2018, par rapport au statu quo. En 2020, ce nombre monterait à 27 millions, et en 2026 à 32 millions, effaçant la plupart des acquis de la loi de 2010.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer