Barack Obama de retour sur la scène politique

Barack Obama, 55 ans, est relativement discret depuis... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Barack Obama, 55 ans, est relativement discret depuis son départ de la Maison-Blanche, le 20 janvier dernier.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

L'ancien président américain Barack Obama reprend du service au profit de son parti démocrate: il participe jeudi pour la première fois depuis son départ du pouvoir à une réunion de collecte de fonds démocrate, un événement qui restera toutefois privé.

Barack Obama s'exprimera lors d'une réunion au profit d'un nouveau comité démocrate, le National Democratic Redistricting Committee, dirigé par son ancien ministre de la Justice Eric Holder.

Sa raison d'être est de financer les prochaines batailles électorales au niveau local dans les États américains, dans le but affirmé de prendre le contrôle du très stratégique redécoupage des circonscriptions du Congrès qui aura lieu après 2020.

Aux États-Unis, les 435 circonscriptions de la Chambre des représentants sont redessinées tous les dix ans après le recensement décennal, dont le prochain aura lieu en 2020.

Ce sont les assemblées locales, distinctes du Congrès fédéral, qui redécoupent ces circonscriptions. Or les républicains contrôlent aujourd'hui les assemblées locales dans 32 États sur 50.

«Restaurer l'équité dans notre démocratie en défendant des cartes électorales plus justes et plus inclusives est une priorité pour le président Obama», a expliqué son porte-parole, Kevin Lewis, dans un communiqué à plusieurs médias.

Depuis les élections de 2010, les républicains ont la majorité à la Chambre.

Barack Obama, 55 ans, est relativement discret depuis son départ de la Maison-Blanche le 20 janvier.

Après trois mois de vacances, il a participé à une conférence en avril à Chicago pour parler de sa fondation axée sur les jeunes. Mais au-delà de quelques communiqués ou tweets sur des sujets comme la santé ou l'immigration, il a évité de commenter directement l'action de son successeur, Donald Trump - à la différence d'Hillary Clinton, qui assène régulièrement des critiques contre lui.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer