Armée: nouveau coup de frein de Trump sur l'intégration des transgenres

«Nous allons utiliser ce délai pour mieux évaluer... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

«Nous allons utiliser ce délai pour mieux évaluer l'impact» d'un recrutement de ces personnes sur l'efficacité de la machine militaire américaine, a expliqué Le secrétaire à la Défense Jim Mattis dans un mémo.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurent BARTHELEMY
Agence France-Presse
WASHINGTON

L'administration Trump a décidé de retarder l'ouverture de l'armée aux recrues transgenres qu'avait décidée celle de Barack Obama, nouvel épisode dans la controverse sur une intégration qui divise l'Amérique.

Vendredi soir, à la veille d'un long week-end de fête nationale aux États-Unis, le secrétaire à la Défense Jim Mattis a annoncé qu'il retardait de 6 mois, au 1er janvier 2018, l'ouverture du recrutement militaire américain aux personnes transgenres.

«Nous allons utiliser ce délai pour mieux évaluer l'impact» d'un recrutement de ces personnes sur l'efficacité de la machine militaire américaine, a-t-il expliqué dans le mémo.

La décision de M. Mattis s'inscrit dans un contexte de pression d'une partie du camp républicain pour remettre en cause les mesures prises sous l'administration Obama en faveur des personnes transgenres, un sujet symbolique qui reste très polémique aux États-Unis, malgré le très petit nombre de personnes concernées.

Sous la pression notamment de la partie chrétienne conservatrice de son électorat, le gouvernement de Donald Trump a en février mis fin à un dispositif de protection des droits des transgenres dans le système public de l'éducation.

Les mesures supprimées, instaurées par la précédente administration, permettaient notamment aux écoliers et étudiants de se rendre dans les toilettes et les vestiaires du genre avec lequel ils s'identifient, et non pas celui qui est sur leur acte de naissance.

Le débat fait rage aussi dans les États. Le Texas est ainsi sur le point d'adopter une législation obligeant les élèves transgenres à utiliser les toilettes correspondant à leur sexe de naissance.

Et il se poursuit également devant la justice, où la Cour suprême sera probablement appelée à se prononcer un jour.

Au Pentagone, le report du recrutement des transgenres était demandé par certains chefs militaires, qui ont «demandé du temps» avant de le mettre en oeuvre, selon la porte-parole du Pentagone Dana White.

Selon la presse américaine, l'US Air Force (armée de l'air) et l'US Army (armée de terre) notamment ont demandé un délai de deux ans.

«Retard inutile»

Mais le département de la Défense est resté très prudent sur ce dossier politiquement ultra-sensible.

«Il y a des transgenres qui servent dans l'armée, et il n'y a aucune réflexion en cours qui pourrait affecter leur capacité à servir», soulignait récemment le chef d'état major inter-armées, le général Joe Dunford.

De fait, le report décidé par M. Mattis laisse intactes d'autres mesures prises en faveur des personnes transgenres il y a un an par son prédécesseur Ashton Carter.

Ainsi, les militaires qui dévoilent leur orientation alors qu'ils sont déjà sous l'uniforme ne risquent plus d'être expulsés de l'armée.

Et le système de santé militaire reste tenu de fournir leur les soins médicaux nécessaires pour un changement de sexe, conformément à ce qu'avait décidé la précédente administration.

Les réactions des principales associations de défense des personnes LGBT après la décision de vendredi sont d'ailleurs restées mesurées.

«Nous sommes déçus par ce retard inutile», a écrit dans un communiqué Stephen Peters, de Human Rights Campaign, une association de défense des personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres.

La décision «n'a pas de sens, car l'intégration des militaires transgenres est d'ores et déjà un succès, comme l'avaient prédit les études réalisées», a estimé de son côté Aaron Belkin, le directeur du Palm Center, un centre de recherche californien qui a travaillé avec le Pentagone sur ces questions.

Selon le ministère de la Défense, il y aurait déjà de 2500 à 7000 personnes transgenres sur les 1,3 million de militaires d'active américains.

«Chaque jour qui passe» sans ouverture de l'armée aux transgenres «restreint la capacité de celle-ci à recruter les meilleurs et les plus brillants, quelle que soit leur orientation sexuelle», a souligné Stephen Peters.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer