Fusillade dans un hôpital de New York: l'assaillant avait fait des menaces

Les enquêteurs tentent de mettre en commun les... (photo Mary Altaffer, AP)

Agrandir

Les enquêteurs tentent de mettre en commun les éléments qui pourraient permettre de comprendre ce qui a mené M. Bello à sévir deux ans après avoir été poussé vers la sortie du centre hospitalier Bronx Lebanon.

photo Mary Altaffer, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
NEW YORK

Après avoir été contraint de démissionner en tant que médecin de famille au centre hospitalier Bronx Lebanon, à New York, le docteur Henry Bello avait menacé ses collègues et avait dit qu'il allait les tuer.

Cet homme a ouvert le feu sur ses anciens collègues avec un fusil AR-15 qu'il cachait sous un sarrau de laboratoire blanc, vendredi. Il a tué un médecin et blessé gravement six personnes.

M. Bello a ensuite retourné son arme contre lui-même.

Au moment de démissionner, en 2015, le médecin était visé par des allégations de harcèlement sexuel.

Les enquêteurs tentent de mettre en commun les éléments qui pourraient permettre de comprendre ce qui a mené M. Bello à sévir deux ans après avoir été poussé vers la sortie du centre hospitalier Bronx Lebanon. Ils s'affairent aussi à déterminer si l'assaillant a cherché à s'en prendre à une personne en particulier.

Le maire de New York, Bill de Blasio, a indiqué que «plusieurs détails» devaient toujours être mis en commun, ajoutant que le terrorisme n'était pas en cause dans l'attaque.

D'anciens collègues de M. Bello ont décrit l'homme comme quelqu'un d'agressif et de menaçant.

«Dans le temps, il était un problème», a dit le docteur David Lazala, qui a formé M. Bello en tant que médecin de famille. Après avoir dû quitter son emploi, l'assaillant avait envoyé un courriel à ce médecin pour le blâmer de la tournure des événements.

«Nous l'avons renvoyé parce qu'il était fou, en quelque sorte», a indiqué la docteure Maureen Kwankam au «Daily News».

«Il a promis de revenir et de nous tuer.»

M. Bello avait en outre un historique en matière de comportement agressif et des démêlés avec la justice.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer