Une jeune femme abat son petit ami sur YouTube

Le coup de pub devait faire décoller leur chaîne YouTube, mais il a tourné au... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chicago

Le coup de pub devait faire décoller leur chaîne YouTube, mais il a tourné au drame: une Américaine de 19 ans a abattu à bout portant son petit ami et père de sa fille. Le shérif, lui, ne croît pas à l'accident.

Monalisa Perez, qui doit désormais répondre du chef d'accusation d'homicide involontaire, a tiré lundi à trente centimètres de distance sur Pedro Ruiz, qui aspirait à devenir une star d'internet.

Selon les autorités du Minnesota, le jeune homme de 22 ans aurait convaincu sa petite amie de lui tirer dessus tandis qu'il serrait une encyclopédie contre son propre torse. Pedro Ruiz lui aurait montré une autre encyclopédie, celle-ci pénétrée mais pas traversée par une balle, prouvant ainsi que le livre le protégerait, affirme la police.

«Moi et Pedro allons probablement enregistrer l'une des vidéos les plus dangereuses jamais tournées», avait écrit la jeune femme le jour-même sur Twitter. «SON idée, pas la MIENNE».

Monalisa Perez... (AFP) - image 2.0

Agrandir

Monalisa Perez

AFP

Le jeune homme, qui a reçu une balle dans la poitrine, est mort sur le coup, un drame filmé par les caméras GoPro qu'il portait.

Le couple, qui avait une fille de trois ans, possède sa chaîne YouTube, «La MonaLisa», sur laquelle les deux parents racontaient leur vie quotidienne.

«Je n'appellerais pas ça un accident. C'est un acte qui a été commis intentionnellement», a expliqué le shérif du comté de Norman, Jeremy Thornton. «Un accident aurait été une décharge accidentelle», a-t-il ajouté.

Pour la famille et les amis du couple, en revanche, la tragédie accidentelle ne fait pas de doute.

«J'ai dit "ne fais pas ça, ne fais pas ça"» à Pedro Ruiz, a raconté la tante du jeune homme à la télévision locale KVLY. Elle se souvient que le jeune homme parlait de ce coup depuis un moment, mais ses tentatives de l'en dissuader étaient vaines et les réponses de Pedro Ruiz immuables: «Nous voulons plus de vues».

L'accusée, enceinte de leur deuxième enfant, a de son côté été libérée sous caution, selon la chaîne KVRR. Avec pour condition de porter un dispositif GPS et se tenir loin des armes à feu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer