Nouvelle vidéo d'un policier abattant un Afro-Américain

En moins de 40 secondes, un banal contrôle... (PHOTO AP)

Agrandir

En moins de 40 secondes, un banal contrôle routier pour cause de phare arrière cassé a dégénéré en rencontre fatale.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chicago

La vidéo filmée par la caméra embarquée d'un policier lorsqu'il a abattu de plusieurs balles un automobiliste afro-américain, dont les derniers instants avaient été retransmis en direct sur Facebook Live, a été rendue publique mardi.

Cette diffusion intervient quelques jours après l'acquittement du policier âgé de 29 ans, Jeronimo Yanez, qui était poursuivi pour homicide involontaire.

La caméra embarquée dans le véhicule du policier a capturé toute la scène, entre le moment où il fait arrêter la voiture de Philando Castile, 32 ans, jusqu'aux premières minutes ayant suivi la fusillade.

En moins de 40 secondes, un banal contrôle routier pour cause de phare arrière cassé a dégénéré en rencontre fatale pour l'employé de cantine qui circulait le 6 juillet 2016 avec sa petite-amie et une fillette de quatre ans à St Paul, dans le Minnesota.

Après les tirs, la jeune femme avait filmé en direct sur Facebook Live son compagnon agonisant, le sang imprégnant lentement son T-shirt blanc. Cette séquence avait choqué l'opinion publique aux États-Unis où plusieurs morts d'hommes noirs abattus par des policiers ont entraîné des manifestations tournant parfois à l'émeute.

La vidéo embarquée a été rendue publique mardi en même temps que d'autres documents de cette affaire. On peut notamment entendre le policier expliquer qu'il devenait «nerveux» à mesure de leur interaction.

Des manifestants brandissent une image de Philando Castile... (AP) - image 2.0

Agrandir

Des manifestants brandissent une image de Philando Castile lors d'une marche dénonçant l'acquittement de Jeronimo Yanez.

AP

On y voit Jeronimo Yanez s'approcher de la portière conducteur du véhicule blanc, et lui expliquer l'avoir arrêté à cause d'un phare brisé.

Les procureurs ont révélé plus tard que le policier lui avait aussi trouvé une ressemblance avec le suspect d'un vol à main armée survenu quelques jours plus tôt.

Trente secondes après le début de leur discussion, Castile dit d'une voix calme: «Monsieur, je dois vous dire que j'ai une arme à feu sur moi», précisant qu'il a un permis de port d'arme.

Réponse du policier: «Alors ne l'attrape pas», répète-t-il à plusieurs reprises, tandis que Philando Castile tente de lui expliquer ce qu'il est en train d'attraper.

C'est alors que partent sept coups de feu de l'arme de Yanez en direction de l'intérieur de la voiture, tellement proche de la victime que les premiers tirs sortent alors que son arme est en partie dans l'habitacle.

À cet instant, la petite-amie, Diamond Reynolds, sort son téléphone pour filmer la scène en direct. Elle explique que Castile ne faisait qu'attraper son portefeuille pour remettre au policier les papiers d'identité qu'il lui avait réclamés.

Le policier a précisé plus tard aux enquêteurs avoir craint pour sa vie.

Castile «regardait fixement droit devant et je devenais putain de nerveux», raconte le policier d'une voix semblant bouleversée, hors du champ de la caméra. «Je lui ai dit de ne pas l'attraper», dit-il.

Son acquittement vendredi pour homicide involontaire et mise en danger de Diamond Reynolds et de sa fille a déclenché de nouvelles manifestations dans le Minnesota. Dix-huit personnes ont été arrêtées samedi.

La justice fédérale a indiqué examiner l'affaire, pour donner une éventuelle suite au dossier.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer