Le Sénat américain approuve de nouvelles sanctions contre la Russie

Le président russe Vladimir Poutine.... (Photo Mikhail Klimentyev, archives AP)

Agrandir

Le président russe Vladimir Poutine.

Photo Mikhail Klimentyev, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le Sénat des États-Unis a voté mercredi pour punir la Russie de Vladimir Poutine, auteure présumée d'ingérences dans la campagne présidentielle américaine de 2016, approuvant un projet de sanctions qui empêcherait le président Donald Trump de relâcher unilatéralement la pression sur Moscou.

Les sénateurs ont adopté la mesure à une écrasante majorité, par 97 voix contre 2.

Le texte, adopté sous la forme d'un amendement qui doit encore être définitivement adopté par le Sénat puis par la Chambre des représentants, rendrait obligatoire un feu vert du Congrès en cas de suspension ou d'allègement par le président de sanctions existantes.

Elle codifierait dans la loi des sanctions imposées par décret par Barack Obama, notamment contre l'industrie énergétique russe.

Et frapperait de nouvelles sanctions des personnes russes «corrompues», «impliquées dans des violations graves des droits de l'homme», fournissant des armes au régime du président syrien Bachar al-Assad, ou encore impliqués dans des cyberattaques.

Les ingérences en Ukraine et la crise syrienne sont les autres motifs des sanctions, en plus de la campagne de piratage et de désinformation fomentée selon Washington par la Russie en 2016.

Les sanctions ont été ajoutées à une loi en discussion, et qui est quasi assurée d'être adoptée, visant à alourdir les sanctions contre l'Iran en raison de son «soutien pour des actes terroristes internationaux».

«Pendant trop longtemps, le message envoyé à Vladimir Poutine a été que la Russie peut envahir ses voisins, menacer des alliés américains, intensifier ses cyberattaques et s'ingérer dans des élections étrangères avec très peu de répercussions», a déclaré le sénateur John McCain. «Tant que la Russie ne paiera pas le prix de ses actes, ces activités de déstabilisation se poursuivront».

Plusieurs votes doivent encore avoir lieu dans les prochains jours au Sénat pour approuver la loi et l'envoyer pour examen à la Chambre.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer