Affaire russe: Trump ne congédiera pas le procureur spécial

Robert Mueller a été directeur du FBI entre... (ARCHIVES AP)

Agrandir

Robert Mueller a été directeur du FBI entre 2001 et 2013.

ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Washington

La Maison-Blanche a affirmé que le président Donald Trump n'a «aucunement l'intention» de congédier le procureur spécial enquêtant sur la possible ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016.

La porte-parole Sarah Huckabee Sanders a affirmé aux journalistes à bord d'Air Force One que «bien que le président a le droit» de congédier Robert Mueller, il n'a «aucunement l'intention de le faire».

Le président a déjà qualifié l'enquête sur la Russie de «chasse aux sorcières».

Certains des alliés de M. Trump ont commencé à remettre en question la crédibilité de M. Mueller, directeur du FBI entre 2001 et 2013.

En vertu des règles du département de la Justice, il revient en fait au procureur général adjoint de prendre une telle décision - bien que le président puisse contourner le protocole.

Le procureur général adjoint a assuré devant un comité du Congrès qu'il résisterait à un ordre de licenciement injustifié: «Je ne suivrai pas n'importe quelle ordonnance à moins que j'estime qu'elle est légitime et appropriée», a témoigné Rod Rosenstein.

La raison pour laquelle le procureur général adjoint est responsable est que son patron s'est récusé de l'enquête.

Et cet homme, Jeff Sessions, a aussi promis mardi de ne pas s'impliquer dans les discussions sur un possible congédiement. «J'ai confiance en M. Mueller», a-t-il simplement dit dans un témoignage très attendu devant le Sénat.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer