Un ado musulman célèbre pour son horloge bricolée débouté en justice

L'histoire d'Ahmed Mohamed, qui aimait bricoler des circuits... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'histoire d'Ahmed Mohamed, qui aimait bricoler des circuits électroniques et qui avait été faussement suspecté de terrorisme, avait fait le tour du monde en septembre 2015.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Un adolescent musulman du Texas, qui avait été invité à la Maison-Blanche par l'ex-président américain Barack Obama après avoir fabriqué une horloge que la police avait pris pour une bombe factice, a été débouté en justice contre son école.

Alors âgé de 14 ans, Ahmed Mohamed était devenu une vedette d'internet et des médias après avoir été menotté et détenu plusieurs heures pour son «invention», composée d'un écran numérique et d'un circuit électronique.

Sa famille a poursuivi pour discrimination son école de la ville d'Irving, près de Dallas, qui avait malgré tout suspendu trois jours l'élève.

Mais, dans sa décision rendue jeudi, le juge fédéral Sam Lindsay a conclu que le plaignant n'avait pas fourni la preuve qu'un seul employé de l'école «ait agi de façon volontairement discriminatoire à l'encontre d'Ahmed Mohamed sur le fondement de sa race ou de sa religion».

L'histoire de cet ingénieux élève, qui aimait bricoler des circuits électroniques et qui avait été faussement suspecté de terrorisme, avait fait le tour du monde en septembre 2015.

Pour beaucoup, cette affaire avait mis en évidence les idées reçues de la police américaine à l'encontre de la communauté musulmane.

«Belle horloge, Ahmed. Tu veux l'apporter à la Maison-Blanche?», avait tweeté Barack Obama. L'adolescent avait en effet été reçu le mois suivant à la résidence présidentielle lors d'une journée consacrée aux sciences.

L'inventeur en herbe avait reçu une avalanche de soutiens pour ses déboires qui avaient ému des milliers d'internautes en Amérique et au-delà, notamment les amoureux des technologies. Les grandes institutions de la Silicon Valley avaient aussi adressé des messages de sympathie à Ahmed.

La famille de l'adolescent avait annoncé peu après la polémique déménager au Qatar.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer