Sextos : une ex-star démocrate plaide coupable

La chute d'Anthony Weiner a été une vraie saga... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

La chute d'Anthony Weiner a été une vraie saga aux multiples rebondissements.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

L'ancien élu de la Chambre des représentants Anthony Weiner, une star montante des démocrates avant de voir sa carrière brisée par des échanges lubriques sur les réseaux sociaux, a plaidé coupable vendredi pour avoir «sexté» avec une mineure, un délit passible de 10 ans de prison.

M. Weiner, 52 ans, a admis en sanglotant avoir échangé des sextos, soit des textos à caractère sexuel, avec une fille âgée d'alors 15 ans entre janvier et mars 2016, alors que sa femme Huma Abedin, une proche conseillère d'Hillary Clinton, était plongée dans la campagne présidentielle de la candidate démocrate.

De tels échanges constituent un délit appelé «transfert de contenu obscène à un mineur».

«Je sais que c'était moralement répréhensible et illégal», a déclaré, la voix brisée, Anthony Weiner, devant la juge fédérale de Manhattan Loretta Preska. «J'ai une maladie mais je n'ai pas d'excuse», a-t-il ajouté.

En acceptant de plaider coupable, M. Weiner évite le procès et devrait bénéficier d'une peine plus clémente, même s'il a aussi accepté de ne pas contester une condamnation qui ne dépasserait pas 27 mois de prison. Le juge devrait arrêter sa sentence le 8 septembre.

Il a été mis en liberté moyennant une caution de 150 000 dollars, un suivi médical et l'obligation de s'enregistrer comme délinquant sexuel.

M. Weiner, qui fut un temps favori pour remporter la mairie de New York, a défrayé la chronique new-yorkaise des mois durant avec ses sextos et autres échanges à connotation sexuelle avec des femmes parfois mineures sur Twitter et des services de messagerie sur smartphones.

La chute de cet homme politique a été une vraie saga aux multiples rebondissements.

Il démissionne du Congrès en juin 2011 après un premier scandale révélant des échanges, sur Twitter, de messages à caractère sexuel avec plusieurs femmes.

Huma Abedin... (REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Huma Abedin

REUTERS

Mais il fait des excuses publiques, promet de changer, et a un premier enfant avec Huma Abedin. Il réussit à rebondir en devenant le candidat favori pour la mairie de New York lors de la campagne 2013 pour succéder à Michael Bloomberg.

Mais rapidement, de nouvelles informations émergent sur de nouveaux échanges lubriques. Sa campagne pour la mairie est plombée: il finira cinquième, très loin derrière Bill de Blasio, vainqueur.

Après l'avoir soutenu des mois durant, Huma Abedin annonce en août 2016 qu'elle le quitte, après la publication de nouvelles photos compromettantes de lui, leur fils endormi à ses côtés. Vendredi, peu après qu'il eut plaidé coupable, plusieurs médias américains ont annoncé qu'elle venait d'enregistrer une demande de divorce.

Le nom d'Anthony Weiner était réapparu à l'automne dans le cadre de l'enquête du FBI sur le scandale du serveur personnel qu'utilisait Hillary Clinton pour échanger des emails alors qu'elle était secrétaire d'Etat.

Quelques semaines avant l'élection, le FBI avait indiqué rouvrir son enquête pour examiner des milliers d'emails apparemment retrouvés sur l'ordinateur portable de Weiner, une annonce qui avait porté un coup dur à la campagne de Clinton.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer