Des poursuites recommandées après la mort de soif d'un détenu

Terrill Thomas, un détenu souffrant de troubles mentaux,... (Photo tirée de Twitter)

Agrandir

Terrill Thomas, un détenu souffrant de troubles mentaux, a été privé d'eau durant sept jours, car les gardiens souhaitaient le punir pour son comportement.

Photo tirée de Twitter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Un jury américain a recommandé lundi des poursuites pénales à l'encontre de sept employés d'une prison suspectés d'avoir volontairement coupé l'eau durant sept jours à un détenu, finalement mort de déshydratation.

Après avoir délibéré environ deux heures, les six jurés ont en effet conclu qu'il existait des «motifs raisonnables» pour inculper ces sept agents pénitentiaires, a précisé la chaîne TMJ4.

Le décès de Terrill Thomas, 38 ans, remonte au 24 avril 2016, mais ses circonstances ont été éclairées d'un jour nouveau par les audiences tenues la semaine dernière devant ce jury siégeant à Milwaukee, principale ville du Wisconsin, État de la région des Grands Lacs.

Il est ressorti des débats que M. Thomas, un détenu souffrant de troubles mentaux, a été privé d'eau, car les gardiens souhaitaient le punir pour son comportement.

L'homme aux agissements apparemment erratiques avait été écroué dans la maison d'arrêt du shérif du comté de Milwaukee pour avoir ouvert le feu sur la voie publique et en l'air dans un casino, blessant gravement une personne.

Il a été placé en détention à l'isolement, ce qui équivalait pour lui à une forme de torture, a dénoncé sa famille.

Le détenu ne conservant pas son calme, les agents pénitentiaires ont décidé de couper les conduites alimentant le lavabo et les W.C. de sa cellule minuscule.

Selon les investigations du Milwaukee Journal Sentinel, Terrill Thomas a passé ses derniers jours de vie à implorer de l'eau, en vain.

Il a perdu 16 kilos et a sombré dans une profonde faiblesse, avant de mourir sur le sol bétonné de sa cellule, dépourvue de matelas.

Face à la gravité des faits présumés, le procureur local avait confié à six jurés le soin de trancher si dans cette affaire avait été commise une infraction nécessitant une ou des inculpations.

Le procureur conserve toutefois le choix de suivre ou pas les recommandations du jury.

La mort de M. Thomas place en difficulté le très médiatique et très controversé shérif de Milwaukee, David Clarke.

Ce Noir ultra-conservateur, au chapeau de cow-boy et déclarations à l'emporte-pièce, a ardemment soutenu Donald Trump durant sa campagne présidentielle, recevant l'honneur de s'exprimer à la tribune de la convention d'investiture républicaine.

Selon le Milwaukee Journal Sentinel, le shérif Clarke s'est emporté contre le médecin en chef du comté de Milwaukee, qui a conclu que la mort de Terrill Thomas était à un homicide.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer