Le passager expulsé d'un vol de United était «agressif»

L'incident avait causé une grave crise de relations... (PHOTO AFP)

Agrandir

L'incident avait causé une grave crise de relations publiques pour United Airlines, qui a ouvert une enquête interne.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chicago

Le passager violemment expulsé d'un vol de United Airlines a été décrit comme «agressif» par la police de l'aéroport de Chicago, où l'incident est survenu il y a deux semaines, affirment les médias citant un rapport de la sécurité aéroportuaire.

David Dao, un médecin Américain de 69 ans d'origine vietnamienne, avait été brutalement expulsé le 9 avril d'un vol surréservé en partance pour Louisville, dans le Kentucky. Une scène filmée qui avait fait le tour du web et entraîné une vague de condamnation internationale.

Selon le rapport, un des trois policiers qui l'ont extirpé du vol 3411 a lâché prise alors que le passager se débattait. L'homme se serait alors blessé lui-même, en retombant contre un accoudoir. Il avait été brièvement hospitalisé, avec un nez et deux dents cassés.

Un des policiers de l'aéroport O'Hare a écrit que les trois officiers ont fait usage d'une «force minimale mais nécessaire».

La compagnie aérienne avait demandé à certains passagers de céder leur siège à des membres d'équipage partenaires, contre plusieurs centaines de dollars, comme il est d'usage sur les vols surréservés, sans trouver de volontaires.

David Dao a apparemment perdu conscience après avoir... (REUTERS) - image 2.0

Agrandir

David Dao a apparemment perdu conscience après avoir été extirpé de son siège.

REUTERS

L'incident avait causé une grave crise de relations publiques pour United, qui a ouvert une enquête interne. Son PDG, Oscar Munoz, a présenté des excuses publiques, après avoir lui aussi qualifié le passager d'agressif.

Selon les policiers impliqués dans l'incident, David Dao s'était montré hostile. «Je ne quitterai pas un vol pour lequel j'ai payé. Je m'en fous d'être arrêté», leur aurait-il lancé.

L'avocat de l'intéressé, Thomas Demetrio, n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP mais a répondu au Los Angeles Times que les faits rapportés relevaient d'«inepties absolues».

United a annoncé, après l'incident, qu'elle ne recourrait plus à la police pour gérer ce genre d'incidents.

L'épisode a également conduit les compagnies concurrentes de United à modifier elles aussi leurs règles.

Delta Airlines, par exemple, a élevé à 10 000 dollars le montant qu'un passager peut percevoir en compensation de son siège sur un vol surréservé.

American Airlines a, elle, décidé qu'il ne serait plus possible d'obliger un passager à céder son siège dans pareille circonstance.

Cela n'a pas empêché la compagnie d'avoir elle aussi, ce week-end, connu un incident qui a égratigné son image. American Airlines a annoncé samedi avoir ouvert une enquête après qu'un agent de bord a arraché brutalement une poussette des mains d'une passagère avec un bébé dans les bras.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer