Trump sera l'histoire d'une génération, prédit le NY Times

Le rédacteur en chef du New York Times,... (PHOTO TODD HEISLER, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES)

Agrandir

Le rédacteur en chef du New York Times, Dean Baquet.

PHOTO TODD HEISLER, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin
La Presse Canadienne
Austin, Texas

Après une campagne électorale américaine explosive et sans précédent qui a mené au pouvoir Donald Trump, le New York Times se prépare «pour l'histoire d'une génération» et son rédacteur en chef prévient que les deux prochaines années vont «marquer l'histoire».

Les mots choisis par Dean Baquet cernent bien l'impact énorme de l'élection du président républicain.

M. Baquet a fait part de ses réflexions dimanche lors d'une conférence sous forme de questions et réponses tenue au festival annuel de technologie et d'innovation South by SouthWest, à Austin au Texas. La présentation était ironiquement intitulée «Covering POTUS: a conversation with the failing New York Times», alors que le quotidien détournait à son compte l'insulte présidentielle désormais célèbre.

Car Donal Trump a attaqué le prestigieux quotidien new-yorkais qu'il a qualifié de «défaillant» («failing»). D'autres médias ont aussi subi ses foudres lorsque leur couverture ne plaisait pas au président. Sans oublier qu'il a qualifié les médias d'«ennemis du peuple» dans une de ses régulières attaques à l'endroit des médias sur le réseau social Twitter.

La campagne électorale inhabituelle et l'ascension d'un homme à la tête des États-Unis qui ne cesse depuis de surprendre - ses messages sur Twitter acrimonieux et sans aucun filtre, les faits inexacts qu'il propage et ses versions modifiées et remodifiées d'événements, sans oublier ses attaques contre de nombreuses institutions américaines - ont mené le New York Times à entreprendre une réflexion sur sa couverture électorale et de la Maison-Blanche et à trouver des manières d'aborder cette nouvelle présidence.

C'est un nouveau défi, car un président hors de l'ordinaire amène une couverture journalistique tout aussi hors de l'ordinaire.

Devant un président qui met de l'avant fréquemment des faits inexacts, plusieurs médias se sont posé la question: les ignorer ou les rapporter?

Pour Dean Baquet, impossible de passer sous silence les déclarations de Donald Trump. C'est l'homme le plus puissant du monde après tout, a-t-il lancé. Et ses déclarations sont publiques.

«On ne peut les ignorer. On doit tout simplement les couvrir et dire que c'est faux».

Dean Baquet admet qu'il y a eu des erreurs lors de leur récente couverture électorale de 2016.

Il croit avoir mal lu la colère qui grondait dans le pays et la soif de changement chez les citoyens américains.

«On aurait pu faire plus dans cette direction», a-t-il dit.

Il juge ne pas avoir orienté suffisamment la couverture vers ces gens qui ont voté Trump par besoin de changement - même si ceux-ci étaient outrés par ses propos sur les femmes, ou autre chose.

Interrogé à savoir si la couverture devait autant porter sur les messages incendiaires du président sur Twitter que sur ses actions et ses politiques, M. Baquet était sans équivoque: «On doit faire les deux».

Analyser

Selon lui, les médias doivent rapporter ses messages et dire si les faits sont faux, et creuser et analyser l'impact de ses politiques.

Évidemment, tout ne nécessite pas une couverture, comme les messages Twitter frivoles du président, par exemple, sur un film qu'il a aimé. Mais lorsqu'il accuse son prédécesseur Barack Obama d'avoir mis sous écoute ses lignes téléphoniques, c'est une histoire incontournable qui doit être couverte, tranche sans hésiter M. Baquet.

Le défi est de taille dans un environnement hostile aux médias, exacerbé de plus par un contexte économique difficile. Pour l'affronter, le New York Times a pris le taureau par les cornes notamment avec l'embauche de nombreux nouveaux journalistes.

«On se prépare pour l'histoire d'une génération», a-t-il lancé devant son audience.

Est-ce que Donald Trump sera évincé de son bureau avant la fin de son mandat ?

«Je n'en ai aucune idée, a répondu le rédacteur en chef du NYT. Mais nous devons le couvrir en présumant que cela ne va pas arriver.»

M. Baquet a mentionné que les abonnements à son quotidien sont en hausse depuis l'élection, comme c'est le cas pour d'autres médias.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer