Texas: des cartes électorales redécoupées selon des critères raciaux

Les juges ont rappelé les «fortes tensions raciales»... (PHOTO Nathan Hunsinger, ARCHIVES AP/Dallas Morning News)

Agrandir

Les juges ont rappelé les «fortes tensions raciales» et «le débat tendu sur les Latino-Américains, les personnes parlant l'espagnol, les immigrants sans papiers et les villes refuges» qui ont servi de toile de fond à l'adoption de ces lois.

PHOTO Nathan Hunsinger, ARCHIVES AP/Dallas Morning News

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul J. Weber
Associated Press
AUSTIN, Texas

Des juges fédéraux américains ont découvert de nouvelles lacunes quant aux lois sur le droit de vote au Texas, accusant des élus républicains d'avoir manipulé le redécoupage de districts électoraux selon des critères raciaux afin d'affaiblir le pouvoir électoral des minorités qui sont de plus en plus en plus influentes dans l'État.

La décision des trois juges, qui est tombée vendredi soir à San Antonio, a insufflé de l'espoir aux démocrates, qui souhaitent gagner plus de sièges au Congrès en 2018. Mais les juges, dans leur jugement rendu à deux contre un, ne suggèrent pas une modification immédiate et l'État du Texas pourrait porter la cause en appel.

Les républicains contrôlent deux des trois districts du Congrès déclarés invalides, qui ont été redécoupés selon des critères discriminatoires, selon les juges.

La législature du Texas dominée par les républicains avait adopté ces changements en 2011, après que l'ex-gouverneur Rick Perry eut signé une loi sur l'identification des électeurs qui est l'une des plus sévères au pays. Les tribunaux ont depuis affaibli la portée de cette loi.

Les juges ont rappelé les «fortes tensions raciales» et «le débat tendu sur les Latino-Américains, les personnes parlant l'espagnol, les immigrants sans papiers et les villes refuges» qui ont servi de toile de fond à l'adoption de ces lois.

Ces tensions ont été ravivées avec les décrets sur l'immigration du nouveau président Donald Trump et les demandes du gouverneur républicain, Greg Abbott, qui souhaite s'attaquer aux prétendues villes refuges.

«Le dossier démontre non seulement une hostilité envers les districts démocrates, mais aussi une hostilité envers les districts abritant les minorités et une volonté d'utiliser des critères raciaux pour soutirer un avantage partisan», ont écrit les juges de district Xavier Rodriguez et Orlando Garcia.

Le procureur général républicain du Texas, Ken Paxton, n'avait pas commenté le jugement au moment d'écrire ces lignes.

Une avocate de l'organisation Mexican American Legal Defense and Educational Fund s'est réjouie de la décision des juges.

«La décision expose les efforts illégaux de la législature du Texas pour diluer le vote des Latino-Américains», a indiqué Nina Perales.

Les citoyens hispaniques ont largement contribué à la croissance de la population du Texas, selon le recensement de 2010 - dévoilé un an avant que les nouvelles cartes soient redécoupées.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer