Trump déclare aux femmes son «immense respect»

«J'ai un immense respect pour les femmes et... (Archives AP)

Agrandir

«J'ai un immense respect pour les femmes et les nombreuses fonctions qu'elles occupent, qui sont essentielles à la trame de notre société et de notre économie», a tweeté Donald Trump.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le président américain Donald Trump, qui a tenu avant son élection des propos controversés sur les femmes, a fait part mardi de son «immense respect», à l'occasion de la Journée internationale des femmes, suscitant un tollé sur Twitter.

«J'ai un immense respect pour les femmes et les nombreuses fonctions qu'elles occupent, qui sont essentielles à la trame de notre société et de notre économie», a tweeté le dirigeant républicain.

«Pour la Journée internationale des femmes, rejoignez-moi pour faire honneur au rôle crucial des femmes ici en Amérique et dans le monde entier», a-t-il ajouté dans un deuxième tweet.

Sa fille Ivanka a tweeté que cette journée marquait le souvenir «de nos voix collectives et du puissant impact que nous avons sur nos sociétés et nos économies».

Mais les messages du président américain ont provoqué des réactions outrées sur le réseau social, où les utilisateurs lui ont rappelé ses propos misogynes, les accusations d'agression sexuelles, et sa position controversée sur l'avortement qu'il a tenue pendant la campagne présidentielle.

Certains ont rediffusé notamment une vidéo de 2005 qui avait fait scandale à l'automne dernier, dans laquelle Donald Trump se vantait de pouvoir se payer les femmes qu'il voulait et de les «attraper par la chatte».

D'autres ont ressorti des tweets et des déclarations de Donald Trump qui, pendant la campagne, avait également mentionné le cycle menstruel d'une présentatrice de télévision, moqué la prise de poids d'une miss Univers et critiqué le physique d'une rivale aux primaires de son parti.

Avant le scrutin du 8 novembre, une dizaine de femmes avaient accusé publiquement le candidat républicain de gestes constitutifs d'agressions sexuelles.

Ces propos et ces accusations ont provoqué un mouvement spontané de mobilisation et de protestation.

Des millions de personnes, femmes surtout, ont manifesté aux États-Unis le lendemain de l'investiture de Donald Trump, dans le cadre de «Marches des femmes» organisées pour la défense des droits civiques et contre le président républicain.

Beaucoup portaient sur la tête des bonnets roses tricotés à oreilles de chat («pussy hats»), devenus le symbole de l'opposition à Donald Trump, le mot «pussy» signifiant à la fois chaton et sexe féminin.

Les organisations de défense des droits des femmes craignent aussi une remise en cause du droit à l'avortement aux États-Unis, légalisé en 1973 par l'arrêt emblématique de la Cour suprême «Roe V. Wade», après la nomination par Donald Trump d'un juge conservateur à la Cour suprême, Neil Gorsuch.

Donald Trump a remis en vigueur le 23 janvier une politique antiavortement dans un décret qui prévoit que les fonds fédéraux d'aide internationale ne peuvent être alloués à des ONG étrangères qui pratiquent l'avortement ou militent pour le rendre légal.

Pourtant Donald Trump a conquis la Maison-Blanche en partie grâce au vote des femmes, qui ont été 42% à voter pour lui selon les chiffres de sortie des urnes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer