L'Agence juive «inquiète» de la vague d'actes antisémites

Plus de 170 tombes ont été renversées dans... (photo Tom Gannam, REUTERS)

Agrandir

Plus de 170 tombes ont été renversées dans un cimetière juif situé en banlieue de St. Louis, il y a une dizaine de jours.

photo Tom Gannam, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JÉRUSALEM

Le président de l'Agence juive, important organisme paragouvernemental israélien, s'est dit mercredi «profondément inquiet» de la multiplication des actes antisémites aux États-Unis, et a réclamé que les auteurs en soient punis.

«Je suis profondément inquiet de la vague d'attaques et de menaces antisémites qui déferle sur les États-Unis depuis des jours et des semaines», a dit Nathan Sharansky, à la tête de cette organisation qui a joué un rôle central pour peupler l'État d'Israël à sa fondation.

«Je fais confiance aux autorités américaines pour traquer avec détermination les coupables, les traduire en justice et empêcher que ce genre d'incidents se reproduisent», a-t-il ajouté dans un communiqué.

Lors de son premier discours mardi devant le Congrès, le président américain Donald Trump a dénoncé les récents actes de «vandalisme» contre des cimetières juifs et des «menaces» proférées contre des centres communautaires juifs aux États-Unis.

«Les dernières menaces en date visant des centres de la communauté juive et le vandalisme contre des cimetières juifs  (...) viennent nous rappeler que si nous sommes peut-être une nation divisée lorsqu'il s'agit de politique, nous sommes un pays uni pour condamner la haine et le mal sous toutes leurs formes», a lancé M. Trump.

Mercredi, le premier ministre Benjamin Netanyahou a rendu hommage au président américain dans un communiqué.

«J'apprécie que ces dernières semaines et ces deniers jours, le président Trump et le vice-président Mike Pence aient pris une position ferme contre l'antisémitisme. J'attends la même chose des dirigeants européens, la plupart l'ont déjà fait, et c'est à nous de l'exiger des gouvernements dans le monde, car les juifs ne doivent pas vivre dans la peur», a affirmé Benjamin Netanyahou.

Selon M. Sharansky il n'y a pas de différence entre la «diabolisation» des juifs par l'extrême droite et la «diabolisation» d'Israël en tant qu'État juif par la gauche radicale.

«Il s'agit de deux phénomènes hideux qui s'alimentent mutuellement et s'attaquent aux fondements des sociétés démocratiques en Europe et en Amérique», a affirmé le directeur de l'Agence juive, dont la mission est de favoriser l'immigration de juifs en Israël.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer