Les anti-Trump manifestent pour le Jour des présidents

À New York, une foule estimée à 10 000 personnes... (Photo Seth Wenig, AP)

Agrandir

À New York, une foule estimée à 10 000 personnes a tenu un rassemblement pour le « Not My President Day » au lieu du traditionnel Jour des présidents.

Photo Seth Wenig, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Plusieurs milliers de manifestants anti-Trump ont défilé à New York lundi et dans plusieurs grandes villes américaines à l'occasion du Presidents Day, un jour férié en l'honneur des présidents des États-Unis.

Au cri de « Pas mon président ! », quelque 10 000 manifestants - selon une estimation officieuse de la police - de tous âges et toutes origines se sont rassemblés devant le Trump International Hotel de New York près de Central Park, pour exprimer une nouvelle fois leur opposition au milliardaire républicain dont l'élection a mis en évidence des divisions profondes dans le pays.

Les activistes anti-Trump avaient appelé à détourner les célébrations du traditionnel Jour des présidents au profit d'un « Not My President Day » avec des rassemblements organisés dans plusieurs villes, dont Los Angeles, Chicago, Atlanta et Washington.

À New York, Rima Strauss, psychothérapeute à la retraite, portait une veste en jean avec un badge « Pas mon président » et un autre de Vladimir Poutine tenant dans ses bras un bébé aux traits de Donald Trump.

« Il fait du mal à notre pays. Nous risquons de perdre notre pays si nous ne faisons rien », explique-t-elle à l'AFP, disant aussi manifester pour préserver sa « santé mentale ».

« Beaucoup d'entre nous sont déprimés », dit-elle.

Fief démocrate et bastion des anti-Trump, New York a battu un record du nombre de manifestations le moins dernier. La manifestation de lundi était la troisième en trois jours dans la ville.

Dimanche, plusieurs milliers de personnes s'étaient rassemblées à Times Square sous le slogan « Je suis aussi musulman ».

« J'obéis au président Trump en tant que président, mais je ne suis pas obligé d'être d'accord avec ses politiques », confie Qamar Khan, 26 ans, étudiant en médecine pakistanais, qui dit être venu faire passer lundi le message de paix « de l'islam authentique ».

Barbara, une manifestante de 70 ans se dit « inquiète » d'un possible démantèlement des institutions démocratiques américaines.

« J'aime ce pays. J'aime nos institutions et je veux qu'elles restent fortes », dit-elle.

Donald Trump a passé ce long week-end dans sa résidence de Mar-a-Lago en Floride. Il doit rentrer à Washington lundi en fin de journée.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer