Le tireur avait spécifiquement ciblé l'aéroport de Fort Lauderdale

L'individu aurait reconnu, face aux enquêteurs, qu'il avait... (Photo AP)

Agrandir

L'individu aurait reconnu, face aux enquêteurs, qu'il avait planifié son attaque, acheté un billet aller seulement vers Fort Lauderdale, peut-on lire dans la plainte déposée.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
David Fischer
Associated Press
FORT LAUDERDALE

Le vétéran de la guerre d'Irak accusé d'avoir tué cinq voyageurs et blessé six autres personnes à l'aéroport de Fort Lauderdale, en Floride, pourrait être condamné à la peine de mort s'il est reconnu coupable.

Âgé de 26 ans, Esteban Santiago a été accusé d'avoir commis un acte de violence ayant coûté la vie à plusieurs personnes dans un aéroport international, samedi. Il fait face aussi à des accusations relatives à la législation sur les armes.

L'individu aurait reconnu, face aux enquêteurs, qu'il avait planifié son attaque, acheté un billet aller seulement vers Fort Lauderdale, peut-on lire dans la plainte déposée.

«Les accusations lancées aujourd'hui démontrent la gravité de la situation et reflètent l'engagement des autorités judiciaires fédérales, étatiques et locales de continuer à défendre la collectivité et poursuivre ceux qui ciblent nos résidants et nos visiteurs», a déclaré le procureur fédéral Wifredo Ferrer.

Santiago semble avoir choisi ce lieu spécifique pour commettre son attaque, ont indiqué les autorités, samedi.

Elles ont ajouté qu'elles ne savaient pas pourquoi l'individu avait choisi cet endroit. Elles ont aussi fait savoir qu'elles n'excluaient pas la piste du terrorisme.

Au cours d'une conférence de presse, les autorités ont dit avoir interrogé environ 175 personnes. Elles ont eu de longues conversations avec le suspect. Santiago, un ancien membre de la Garde nationale de l'Alaska, s'est montré coopérant.

Les activités ont repris à l'aéroport. Toutefois, le terminal 2, où s'est déroulée la tuerie demeure fermé.

Un porte-parole du FBI, George Piro, a raconté que Santiago avait parlé aux enquêteurs pendant de longues heures. Le suspect aurait ouvert le feu à l'aide d'un pistolet semi-automatique de 9mm qu'il aurait enregistré en toute légalité lors de son départ d'un aéroport d'Alaska.

«Selon nos indications, il est venu ici pour commettre cette horrible attaque, a dit le policier. Nous ne savons pas ce qui l'a poussé à aller de l'avant. Nous examinons toutes les causes possibles.»

Les enquêteurs recherchent des indices sur les réseaux sociaux. Selon l'agent Piro, il est encore trop tôt pour déterminer si le terrorisme avait joué un rôle dans cette tuerie. En novembre, Santiago s'est rendu dans un bureau du FBI en Alaska, prétendant que le gouvernement américain contrôlait son esprit et l'obligeait à regarder des vidéos de Daech (le groupe armé État islamique).

Le nom du suspect n'avait pas été ajouté à la liste des personnes interdites de vol aux États-Unis. Il semble avoir agi seul, a ajouté M. Piro.

Les autorités ont par ailleurs fait état, en conférence de presse, de six blessés, alors que les informations diffusées depuis vendredi signalaient plutôt huit blessés. Trois d'entre eux se trouvent dans un état stable et trois autres sont traités en soins intensifs, a-t-on précisé.

Les personnes qui se trouvaient sur les lieux ont pris la fuite pour gagner le tarmac. D'autres se sont cachées dans les salles de bain ou se sont accroupies derrière des voitures, alors que la police et les ambulanciers venaient en aide aux blessés et tentaient de déterminer si un autre tireur était impliqué.

Bruce Hugon, venu d'Indianapolis pour passer ses vacances en Floride, a dit qu'il était dans la zone de retrait de bagages quand il a entendu quatre à cinq coups de feu retentir. Il a affirmé qu'une femme qui se trouvait à côté de lui a reçu une balle dans la tête.

Le tireur habitait à Anchorage, en Alaska, et avait servi en Irak pour la garde nationale. Il avait par la suite été démis de ses fonctions, l'an dernier, pour rendement insatisfaisant.

Son frère a indiqué qu'Esteban Santiago avait récemment reçu un traitement en santé mentale. D'autres membres de sa famille ont affirmé que le tireur était devenu le père d'un garçon dernièrement.

Inculpation

L'homme a été inculpé samedi par la justice fédérale, et les enquêteurs n'excluent pas la piste d'un acte terroriste.

Les autorités pensent que le tueur a agi seul et qu'il a transporté légalement l'arme du crime dans son bagage.

Esteban Santiago, 26 ans, est un ancien soldat de la Garde nationale américaine qui a été déployé dix mois en Irak.

Il a été inculpé par la justice fédérale pour infraction à la législation sur les armes et acte de violence commis dans un aéroport, a indiqué dans un communiqué le procureur fédéral Wifredo Ferrer. Ces chefs d'inculpation sont passibles de la peine de mort ou de la réclusion perpétuelle.

Des inculpations séparées de meurtre pourraient par la suite être prononcées par la justice de l'État de Floride, mais aucune décision n'a encore été prise à ce sujet, a déclaré un porte-parole au quotidien local Sun Sentinel.

Le suspect devrait comparaître pour la première fois lundi devant un tribunal.

«Nous avons interrogé environ 175 témoins, nous avons récupéré des enregistrements vidéo, des preuves sur place, et nous continuons à enquêter sur toutes les pistes possibles. Nous n'excluons rien», a déclaré samedi George Piro, agent de la police fédérale (FBI), lors d'une conférence de presse.

«Pour le moment, nous continuons à examiner la piste terroriste comme motivation potentielle pour cette attaque», a-t-il dit.

Le suspect a quitté l'armée en août et était porteur d'une carte d'identité militaire. Il a été déployé en Irak d'avril 2010 à février 2011.

Problèmes mentaux

Il y a deux mois, il s'était rendu dans un bureau du FBI à Anchorage, en Alaska. Son comportement «incohérent» avait alors alarmé les agents qui le recevaient, au point qu'ils ont à l'époque contacté la police afin qu'il soit «examiné» dans un établissement psychiatrique, selon George Piro.

On ignore si les autorités ont continué ensuite à s'intéresser à lui. Mais le nom de Santiago n'a en tout cas pas été ajouté à la liste des personnes interdites de vol, selon les enquêteurs.

La parlementaire démocrate de Floride Debbie Wasserman Schultz a posé la question d'un éventuel renforcement de la législation sur les armes, éternel sujet de débat partisan aux Etats-Unis.

«Nous devons nous poser la question du droit des gens de voyager avec des armes, même dans les bagages enregistrés, mais nous devons aussi réexaminer les questions de sécurité dans les zones de récupération de bagages», a dit l'élue démocrate.

«Notre pays est bourré d'armes», a déploré le sénateur démocrate Chris Murphy, «mais le Congrès continue de ne rien faire».

Lors de sa visite au FBI d'Anchorage en novembre, Esteban Santiago avait selon CBS expliqué qu'il avait été forcé à travailler pour le groupe Etat islamique et que la CIA contrôlait son esprit pour l'obliger à regarder des vidéos de l'EI.

Une de ses tantes, Maria Luisa Ruiz, a déclaré au site NorthJersey.com qu'il était devenu père d'un petit garçon en septembre, et qu'il souffrait de problèmes mentaux.

«Il y a un mois environ, il a semblé perdre la tête», a-t-elle affirmé. «Il disait avoir des visions».

La brève et sanglante fusillade a créé une gigantesque panique dans l'aéroport, qui a été fermé entièrement. Trois des quatre terminaux ont rouvert samedi à 5h heure locale, et le terminal 2, où s'est déroulé l'incident, a été rouvert samedi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer