Trump réitère ses doutes sur l'ingérence électorale de Moscou

Donald Trump a répondu à des questions de... (DON EMMERT, AFP)

Agrandir

Donald Trump a répondu à des questions de journalistes alors qu'il se trouvait dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, en Floride.

DON EMMERT, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le président élu Donald Trump a une nouvelle fois exprimé samedi ses doutes concernant les accusations des services de renseignement d'une éventuelle ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle américaine, ce qui a conduit la Maison-Blanche à prendre des sanctions contre Moscou.

« Je veux juste qu'ils en soient sûrs, car c'est une accusation plutôt sérieuse, et je veux qu'ils en soient certains », a déclaré à des journalistes M. Trump qui se trouvait dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, en Floride.

Il a rappelé que les services de renseignement américains s'étaient trompés lorsqu'ils avaient affirmé que l'Irak était en possession d'armes de destruction massive -- le prétexte qui avait conduit à l'intervention américaine en 2003 --, qualifiant cette intervention de « désastre, car ils avaient tort ».

M. Trump a par ailleurs dit qu'il est « injuste » que les États-Unis accusent la Russie de piratage s'ils ont un quelconque doute à ce sujet.

« Je sais beaucoup de choses concernant le piratage. Et le piratage est une chose très difficile à prouver. Donc cela pourrait être quelqu'un d'autre. Je sais également des choses que d'autres personnes ne savent pas, et donc ils ne peuvent pas être sûrs de ce qui se passe », a dit M. Trump.

Interrogé sur ce qu'il sait sur le sujet que les autres ne savent pas, le président élu s'est contenté de répondre « vous le saurez mardi ou mercredi ».

M. Trump a également été interrogé sur la position qu'il adoptera en matière de cybersécurité après sa prise de fonction à la Maison-Blanche le 20 janvier.

« Si vous avez quelque chose d'important, écrivez-le et envoyez-le par courrier, comme on le faisait autrefois parce que je vais vous le dire, aucun ordinateur n'est sûr. Je me moque de ce qu'ils disent, aucun ordinateur n'est sûr », a-t-il répondu.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer