Obama persuadé qu'il aurait eu un 3e mandat: Trump réplique

Donald Trump laisse entendre que le bilan du... (Photo archives AP)

Agrandir

Donald Trump laisse entendre que le bilan du président Obama est la raison pour laquelle il n'aurait pu remporter un hypothétique troisième mandat.

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Donald Trump et Barack Obama ont échangé des affirmations concurrentes quant à celui qui aurait remporté l'élection présidentielle de 2016 aux États-Unis si les deux hommes avaient été candidats.

Dans une baladodiffusion enregistrée avec son ancien conseiller David Axelrod et rendue publique lundi, le président sortant se dit persuadé qu'il aurait remporté la majorité des voix s'il s'était porté candidat pour un troisième mandat avec la même vision que celle qu'il a promue au cours de ses huit années à la présidence. Il a estimé que les démocrates n'avaient pas su communiquer cette vision assez clairement cette année.

Mais le président désigné n'est pas d'accord. Sur Twitter, il a écrit lundi: «Le président Obama a dit qu'il pense qu'il aurait gagné contre moi. Il devrait dire cela mais moi je dis PAS DU TOUT!»

Donald Trump laisse ensuite entendre que le bilan du président Obama est la raison pour laquelle il n'aurait pu remporter un hypothétique troisième mandat. Il mentionne notamment les pertes d'emplois au profit d'autres pays, la lutte contre Daech (le groupe armé État islamique) et la réforme de la santé connue sous le nom d'«Obamacare».

Dans un autre message publié sur Twitter quelques minutes plus tard, le président désigné remet en question l'efficacité de l'Organisation des Nations unies, affirmant que ce n'est qu'un club pour que les gens «passent du bon temps».

Il a fait ce commentaire quelques jours après que le Conseil de sécurité de l'ONU eut adopté une résolution historique condamnant les colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Selon M. Trump, l'ONU a «un si grand potentiel», mais est devenue «un club pour que les gens se rassemblent, parlent et passent du bon temps».

«Que c'est triste!», ajoute-t-il.

Vendredi, le futur président avait écrit sur Twitter que «les choses seront différentes» à l'ONU après le 20 janvier, date à laquelle il sera assermenté à la présidence.

En décembre 2015, M. Trump avait déclaré à l'Associated Press qu'il entendait être «très neutre» sur la question israélo-palestinienne. Mais il a adopté une position plus favorable à Israël à mesure que sa campagne progressait.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer