Présidentielle américaine: possible recomptage en Pennsylvanie

Ces nouveaux décomptes relancent le débat sur la... (photo Aaron Josefczyk, archives REUTERS)

Agrandir

Ces nouveaux décomptes relancent le débat sur la sécurité du système électoral, après une campagne lors de laquelle les États-Unis ont accusé la Russie d'avoir orchestré des piratages informatiques (du Parti démocrate et de systèmes de vote dans plusieurs États) afin d'influencer la course.

photo Aaron Josefczyk, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Une ex-candidate indépendante à la Maison-Blanche, l'écologiste Jill Stein, a annoncé vendredi avoir réuni assez d'argent pour demander de recompter les voix de la présidentielle en Pennsylvanie, après une démarche similaire pour le Wisconsin, deux États très disputés qui ont voté pour Donald Trump.

L'écologiste Jill Stein... (photo Tae-Gyun Kim, archives AP) - image 1.0

Agrandir

L'écologiste Jill Stein

photo Tae-Gyun Kim, archives AP

L'ancienne candidate du Parti vert (Green Party) affirmait vendredi matin sur son site avoir levé plus de 4,8 millions de dollars, sur les 7 millions nécessaires pour financer un nouveau décompte dans trois États-clés américains: le Wisconsin, la Pennsylvanie  et le Michigan.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

« Ayant terminé notre collecte de fonds pour recompter les voix dans le Wisconsin (où nous allons engager les procédures vendredi) et en Pennsylvanie (où l'argent devait être réuni d'ici lundi), nous allons nous concentrer sur la collecte de fonds nécessaires pour recompter les voix dans le Michigan », où l'argent doit être récolté d'ici mercredi, selon le site de la candidate.

« Ces nouveaux décomptes font partie d'un mouvement électoral visant à assurer l'intégrité (du processus) et à mettre en lumière combien le système électoral américain est peu fiable », expliquent les soutiens de Mme Stein.

Selon Jill Stein, des experts électoraux ont recensé dans ces trois États « des "anomalies statistiques" qui soulèvent des inquiétudes ».

Ces nouveaux décomptes relancent le débat sur la sécurité du système électoral, après une campagne lors de laquelle les États-Unis ont accusé la Russie d'avoir orchestré des piratages informatiques (du Parti démocrate et de systèmes de vote dans plusieurs États) afin d'influencer la course.

Des démocrates mettent aussi en doute la légitimité d'un scrutin où la perdante (Hillary Clinton) a recueilli davantage de voix que le gagnant (Donald Trump).

L'ancienne secrétaire d'État a remporté 2 millions de voix de plus que son adversaire, mais pas la majorité des 538 grands électeurs nécessaires pour entrer à la Maison-Blanche (290 contre 232).

Mme Clinton a concédé sa défaite et n'a pas à ce jour contesté les résultats.

Elle a perdu le Wisconsin (10 grands électeurs) de 27 000 voix et la Pennsylvanie (20 grands électeurs) de 60 000 voix. Dans le Michigan (16 grands électeurs), l'écart serait de 10 704 voix, selon des chiffres encore non officiels.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer