Six Américains sur dix «optimistes» face à une présidence Trump

59 % des Américains affirment qu'ils sont « optimistes... (photo Carolyn Kaster, archives ap)

Agrandir

59 % des Américains affirment qu'ils sont « optimistes concernant les quatre prochaines années avec Donald Trump comme président », contre 37 % pour l'inverse, selon l'enquête d'opinion conduite par téléphone du 17 au 20 novembre auprès de 1071 Américains, avec une marge d'erreur de plus ou moins 3 %.

photo Carolyn Kaster, archives ap

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Six électeurs américains sur dix se disent « optimistes » en prévision des quatre années à venir sous la présidence de Donald Trump, selon un sondage de l'université Quinnipiac publié mardi, deux semaines après l'élection du républicain populiste.

Ils sont également 59 % à estimer que le président désigné des États-Unis devrait fermer son compte Twitter, son premier outil de communication, pour se concentrer sur les fonctions pour lesquelles il a été élu le 8 novembre.

Les électeurs affirment, dans le même pourcentage (59 %), qu'ils sont « optimistes concernant les quatre prochaines années avec Donald Trump comme président », contre 37 % pour l'inverse, selon l'enquête d'opinion conduite par téléphone du 17 au 20 novembre auprès de 1071 Américains, avec une marge d'erreur de plus ou moins 3 %.

> Consultez le sondage de Quinnipiac

Dans le détail, 49 % pensent qu'il sera un « super » (17 %) ou un « bon » (32 %) président contre 43 % estimant qu'il sera « pas très bon » (17 %) voire « mauvais » (26 %).

« Les électeurs disent au président désigné : «Vous avez le poste. Maintenant, soyez un leader, pas un tweeto» », résume Tim Malloy, directeur de l'institut de sondage de Quinnipiac.

Signe toutefois de la fracture au sein des électeurs américains, ces derniers pensent à 49 % contre 47 % que Donald Trump va prendre des mesures qui diviseront le pays.

Quant à leurs attentes, ils se montrent aussi partagés. Un sur deux estime qu'il ne baissera pas le coût de l'assurance-maladie, mais deux tiers pensent qu'il créera de l'emploi (66-28). Et 58 % jugent qu'il protégera l'Amérique de la menace terroriste quand un sur deux croit qu'il ne pourra pas vaincre le groupe État islamique.

« Le consensus parmi les électeurs : il ne parviendra pas à faire payer le Mexique pour le mur et il ne battra pas l'EI. Il n'est pas honnête et n'a pas la tête sur les épaules », poursuit Tim Malloy. « Mais il a de la poigne et du leadership. Sa promesse de davantage d'emploi et d'une meilleure économie pèse lourd ».

Dans un autre sondage CNN/ORC également publié mardi, une majorité d'Américains (53 %) pensent que Donald Trump fera du très bon ou du plutôt bon travail. Plus d'un Américain sur deux est également sûr que le président désigné parviendra à mettre en place la plupart de ses promesses de campagne.

Ce sondage a également été conduit par téléphone du 17 au 20 novembre auprès de 1003 adultes, avec une marge d'erreur de plus ou moins 3 %.

Deux tiers d'entre eux assurent que la présidence Trump s'accompagnera d'un changement, même si seuls 43 % affirment que ce sera pour le meilleur.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer