La Géorgie exécute un 8e condamné à mort cette année

Steven Frederick Spears... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Steven Frederick Spears

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kate Brumback
Associated Press
ATLANTA

L'État américain de la Géorgie a réalisé sa huitième exécution de l'année mercredi soir, un record depuis le rétablissement de la peine de mort en 1976.

L'homme mis à mort, Steven Frederick Spears, était condamné pour le meurtre de son ancienne petite amie, en août 2001.

Son décès a été constaté à 19 h 30, rapporte le directeur de la prison d'État, située dans la ville de Jackson.

L'homme âgé de 54 ans avait confié à un psychiatre que bien qu'il ne souhaitait pas mourir, il ne voulait plus vivre derrière les barreaux. Avant l'injection létale, il n'a pas prononcé de derniers mots.

La Géorgie a maintenant eu recours à la peine capitale plus souvent que tout autre État en 2016 - suivie de près par le Texas avec 7 condamnations à mort.

À travers les États-Unis, la peine capitale a été appliquée 18 fois au total cette année.

Selon un document de la Cour suprême de Géorgie, Spears avait assassiné son ancienne flamme parce qu'il la soupçonnait d'être éprise d'un autre. Après avoir élaboré quatre plans pour la tuer, il l'avait finalement asphyxiée avec un sac de plastique.

Après avoir été reconnu coupable, il avait refusé d'interjeter appel - une première en Géorgie selon le directeur du Centre d'information sur la peine de mort.

Robert Dunham indique que certains détenus qui avaient renoncé à leur droit d'appel ont déjà fait volte-face, échappant ainsi à la peine capitale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer