Trump promet d'expulser jusqu'à 3 millions d'immigrés clandestins

Le président désigné des États-Unis Donald Trump a... (PHOTO AL DRAGO, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES)

Agrandir

Le président désigné des États-Unis Donald Trump a accordé sa première entrevue télévisée à la célèbre émission 60 minutes, qui sera diffusée dimanche soir sur le réseau CBS.

PHOTO AL DRAGO, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Thomas URBAIN, Anne RENAUT
Agence France-Presse
New York et Washington

Le président désigné des États-Unis Donald Trump a promis dimanche d'expulser jusqu'à 3 millions d'immigrés clandestins, revenant à la ligne dure de sa campagne et rompant avec la modération affichée depuis son élection.

Ce projet d'expulsion de masse, dévoilé dans un entretien qui sera diffusé dimanche à l'émission 60 Minutes sur la chaîne CBS, concerne les «criminels», les personnes ayant des antécédents judiciaires, «qui appartiennent à des gangs, qui sont des trafiquants de drogue».

Selon lui, ils représentent «sans doute 2 millions» de personnes, mais «ça peut aussi être 3 millions», qui seront renvoyées dans leur pays d'origine ou incarcérées aux États-Unis, a promis l'homme d'affaires.

Après avoir modéré son discours sur plusieurs dossiers majeurs depuis sa victoire mardi, notamment la réforme de l'assurance-maladie de Barack Obama (Obamacare) ou les poursuites judiciaires éventuelles contre Hillary Clinton, le magnat de l'immobilier est brutalement revenu à la ligne dure de sa campagne.

Fin août, à Phoenix en Arizona, il avait déjà promis d'expulser, au premier jour de sa présidence, ces deux millions de «criminels étrangers» qui se trouveraient illégalement aux États-Unis.

Après avoir mis de l'eau dans son vin depuis son élection mardi, Donald Trump a aussi réaffirmé qu'il bâtirait bien «un mur» à la frontière avec le Mexique pour limiter l'immigration clandestine.

Dans certains endroits, le président désigné a toutefois admis qu'il pourrait y avoir «des clôtures» mais, a-t-il insisté, «un mur est plus approprié».

Dissonance avec la majorité

L'annonce de dimanche a également créé un couac avec la majorité républicaine. Interrogé sur la chaîne CNN, le chef de file des républicains à la Chambre des représentants, Paul Ryan, a assuré que Donald Trump ne prévoyait pas de créer des équipes dédiées aux expulsions de clandestins et que la priorité restait la «sécurisation» des frontières.

Ce raté a passablement plombé les efforts de Paul Ryan pour rassurer, lors de cet entretien, sur les intentions du nouveau président.

Quelques minutes plus tôt, sur la chaîne Fox, la directrice de campagne de Donald Trump, Kellyanne Conway, avait, elle aussi, rompu avec le nouveau discours accommodant du président désigné en assurant que l'Obamacare serait purement et simplement «abrogé».

Autre signe d'une inflexion, elle a estimé qu'il appartenait aux démocrates, et non à Donald Trump, de s'adresser aux dizaines de milliers de manifestants qui ont encore arpenté les rues de plusieurs grandes villes samedi, pour le quatrième jour d'affilée.

Dans un tweet samedi, Donald Trump avait appelé les Américains à s'unir, quand les manifestants craignent que son élection n'exacerbe les tensions raciales dans le pays.

L'organisation américaine de défense des droits civiques SPLC (Southern Poverty Law Center) a recensé sur son site internet 200 incidents à caractère raciste depuis l'élection de Trump mardi.

Trump s'en prend au New York Times

Des dizaines de milliers de manifestants ont encore défilé samedi, plus de 10 000 à New York et autant à Los Angeles, plusieurs milliers à Chicago.

Épingle à nourrice à la poitrine, devenue symbole de soutien aux minorités attaquées par la candidat républicain pendant la campagne, ils expriment leurs craintes d'une poussée de xénophonie dans tout le pays.

Selon un sondage ABC News/Washington Post, 74% des Américains jugent cependant légitime l'élection de Donald Trump, avec des variations fortes selon les camps politiques : 99% des partisans du nouveau président reconnaissent l'élection, mais seulement 58% des partisans de sa rivale Hillary Clinton.

Autre signe d'un retour aux antiennes de la campagne, à la ligne complotiste en l'occurrence, Kellyanne Conway a laissé entendre dimanche que beaucoup des manifestants étaient «payés» par les démocrates pour défiler.

Le président désigné, lui, s'en est aussi pris aux médias, l'une de ses cibles favorites depuis plus d'un an, en l'occurrence le New York Times, visé par trois tweets cinglants dimanche, dont l'un accusait le quotidien d'être «malhonnête» dans sa couverture.

Dans l'entretien à CBS, Donald Trump explique qu'il continuera à communiquer sur le réseau social, qui l'a «aidé» à remporter l'élection, mais plus modérément que pendant la campagne.

«Beaucoup de visiteurs»

Les regards restaient tournés dimanche vers la tour Trump à New York, dans laquelle le président désigné passe le week-end pour préparer son futur gouvernement.

«Il reçoit beaucoup de visiteurs», a reconnu Mme Conway.

Parmi ces derniers figuraient samedi Nigel Farage, président du parti europhobe et anti-immigrés Ukip, qui a soutenu le vote britannique en faveur d'une sortie du Royame-Uni de l'Union européenne (Brexit).

Kellyanne Conway a promis samedi une annonce «imminente» pour le poste de chef de cabinet, le puissant secrétaire général de la Maison-Blanche qui orchestrera toute l'administration du nouveau président populiste.

Elle a confirmé que le président du parti républicain Reince Priebus faisait partie des candidats.

Un autre prétendant cité à cette fonction est le patron de sa campagne et chef du site d'informations Breitbart News, Stephen Bannon, avec lequel la députée française d'extrême-droite Marion Maréchal-Le Pen, nièce de la présidente du Front national, a dit samedi avoir l'intention de travailler.

En marge de la transition présidentielle, Donald Trump a demandé par l'intermédiaire de ses avocats le report du procès pour des fraudes supposées de son université éponyme, qui doit normalement démarrer le 28 novembre.

Ses avocats ont expliqué que le futur président devait préparer sa prise de fonction et serait désavantagé s'il ne pouvait témoigner en personne.

D'autres priorités dévoilées

Donald Trump dévoilera encore un peu plus ses priorités dans sa première grande entrevue télévisée, au lendemain de manifestations le contestant dans plusieurs grandes villes américaines, devenues quotidiennes depuis son élection mardi.

Après une interview au quotidien Wall Street Journal, le magnat de l'immobilier expliquera ce qu'il compte faire pour les États-Unis dans sa première intervention télévisée.

Selon des extraits de cet entretien réalisé vendredi et distillés par la chaîne, il redit qu'il compte garder certains pans de la loi sur la réforme de l'assurance santé Obamacare. Mais sa directrice de campagne Kellyanne Conway a suggéré sur Fox dimanche que la loi serait proprement «abrogée».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer