Un millier de policiers en plus à Chicago

Chicago dispose actuellement d'effectifs policiers rassemblant 12 000 agents,... (photo Joshua LOTT, archives AFP)

Agrandir

Chicago dispose actuellement d'effectifs policiers rassemblant 12 000 agents, souvent très sollicités en heures supplémentaires alors que la métropole est minée par une guerre des gangs extrêmement meurtrière.

photo Joshua LOTT, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CHICAGO

Impuissante à enrayer une envolée record des homicides, Chicago va se doter d'un millier de policiers supplémentaires ces deux prochaines années, malgré les difficultés budgétaires dans lesquelles se démène la troisième ville des États-Unis.

L'annonce officielle du recrutement massif devait être faite mercredi par Eddie Johnson, récemment nommé à la tête du Chicago Police Department (CPD).

« J'ai bien considéré la situation et je pense que c'est ce dont on a besoin pour rendre Chicago plus sûre », a affirmé le patron du CPD, cité par le quotidien Sun-Times.

« Cela aura un coût. Mais la sécurité de cette ville n'a pas de prix », a ajouté M. Johnson, un Afro-Américain issu des forces de l'ordre locales qui a également la lourde tâche de trouver une réponse aux accusations de brutalités et de racisme qui visent les hommes sous ses ordres.

Chicago dispose actuellement d'effectifs policiers rassemblant 12 000 agents, souvent très sollicités en heures supplémentaires alors que la métropole est minée par une guerre des gangs extrêmement meurtrière.

La ville a déjà enregistré plus de 500 homicides en 2016, soit davantage que les homicides cumulés à Los Angeles et New York, les deux plus grandes villes du pays.

La police de Chicago est par ailleurs la cible d'une retentissante enquête fédérale ouverte en décembre 2015 à la suite de l'homicide choquant d'un adolescent noir par un policier blanc en 2014.

Les autorités de Chicago avaient attendu plus d'un an avant de rendre publique la vidéo montrant le déroulement de cette bavure. Celle-ci avait provoqué une onde de choc et entraîné le renvoi du précédent chef de la police.

Le maire Rahm Emanuel, un proche du président Barack Obama, s'est lui-même retrouvé en difficulté, accusé d'avoir cherché à étouffer ce scandale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer