Inondations en Louisiane: les habitants découvrent les dégâts

Dans les endroits où les eaux se sont... (PHOTO Brendan Smialowski, AFP)

Agrandir

Dans les endroits où les eaux se sont déjà retirées, les habitants ont commencé le tri et le nettoyage. Une vraie course contre la montre est engagée pour tenter d'éviter une nouvelle catastrophe: la moisissure.

PHOTO Brendan Smialowski, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WALKER

Les habitants des régions inondées plusieurs jours en Louisiane, dans le sud des États-Unis, ont commencé mercredi à découvrir l'ampleur des dégâts à la faveur d'une baisse du niveau des eaux, et se sont lancés dans un grand nettoyage.

Les inondations dans le sud de cet État, causées par de fortes pluies orageuses tombées vendredi, ont fait au moins 11 morts et touché près de 40 000 habitations.

«Lorsqu'il y a un simple orage, qui n'est pas une tempête tropicale, qui n'est pas un ouragan, souvent les gens sous-estiment les conséquences qu'il peut y avoir», a relevé mercredi John Bel Edwards, gouverneur de l'État.

Les services météorologiques prévoient que les cours d'eau vont retrouver leur niveau normal plus tard dans la journée de mercredi, voire vendredi au plus tard, en fonction des zones.

Dans les endroits où les eaux se sont déjà retirées, les habitants ont commencé le tri et le nettoyage. Une vraie course contre la montre est engagée pour tenter d'éviter une nouvelle catastrophe: la moisissure.

À Walker, ville de 6000 habitants à l'est de la capitale de la Louisiane Baton Rouge, des tas d'affaires en tous genres, gorgées d'eau et souvent recouvertes de boue, s'empilaient devant les maisons.

Pendant ce temps, les secouristes poursuivaient la vérification de bâtiments et véhicules inondés, à la recherche d'éventuelles nouvelles victimes.

«Plus de 75 % de notre comté a été touché», a relevé Jason Ard, shérif du comté de Livingston qui compte plus de 130 000 habitants. «Il va falloir des mois et des mois pour nous en remettre».

Vingt comtés ont été déclarés en état d'urgence catastrophique. Cela permet de débloquer des moyens matériels supplémentaires, en particulier d'obtenir des financements au niveau fédéral.

Le président Barack Obama, actuellement en vacances, s'est entretenu mercredi matin avec le patron de l'Agence fédérale de gestion des situations d'urgence (FEMA), a indiqué Jen Friedman, une porte-parole.

Plus de 70 000 personnes se sont d'ores et déjà inscrites pour demander de l'aide en vertu de la déclaration fédérale de catastrophe naturelle, et plus de 9000 ont fait une déclaration de sinistre auprès de leur assureur, a-t-elle précisé.

La Croix-Rouge américaine a lancé une campagne d'appel aux dons et a déployé près de 70 véhicules d'intervention d'urgence, a indiqué son porte-parole Patrick Pannett à la chaîne de télévision locale WAFB.

La chanteuse américaine Taylor Swift, célébrité la mieux payée au monde selon Forbes, a donné un million de dollars, qualifiant cette catastrophe de «déchirante».

L'American Red Cross estime qu'il s'agit «de la pire catastrophe depuis Sandy», ouragan qui avait ravagé la côte nord-est des États-Unis en octobre 2012 et fait près de 200 morts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer