La garde nationale mobilisée à Milwaukee

Une station-service (photo) a été incendiée, de même... (REUTERS)

Agrandir

Une station-service (photo) a été incendiée, de même qu'une banque, une boutique de produits de beauté et un magasin de pièces automobiles.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Milwaukee

Les militaires de la garde nationale ont été mobilisés dimanche par le gouverneur du Wisconsin afin de ramener le calme à Milwaukee, où de violents heurts ont opposé manifestants et la police américaine après que les forces de l'ordre eurent tué un suspect la veille.

Dans la nuit de samedi à dimanche, une foule de manifestants en colère a caillassé des voitures de police et mis le feu à plusieurs commerces de la ville située à quelque 130 km au nord de Chicago, dans le nord des États-Unis.

«Répondant à une demande de David Clarke, shérif du comté de Milwaukee et après discussions (...), j'ai mobilisé la garde nationale du Wisconsin afin qu'elle soit en mesure de prêter main forte aux forces de l'ordre locales sur requête», a assuré le gouverneur Scott Walker dans un communiqué.

Ces militaires ne seront toutefois déployés que si la police le juge nécessaire, a précisé dimanche le maire de la ville, Tom Barrett, qui a ajouté que 125 membres de la garde nationale étaient en route pour Milwaukee.

S'adressant aux proches des manifestants lors d'une conférence de presse dimanche, M. Barrett a déclaré: «Si vous aimez votre fils, votre fille, votre petit-enfant, dites-leur de se tenir à l'écart de la zone» où se sont déroulés les incidents.

La situation reste «très instable», a-t-il ajouté.

Tout a commencé lorsque deux policiers ont arrêté, samedi après-midi, deux suspects en voiture qui se sont ensuite enfuis à pied. «Lors de cette course poursuite, l'un des policiers a tiré sur un suspect armé d'un pistolet semi-automatique» qui est mort sur place, selon la police de Milwaukee.

Selon elle, le suspect de 23 ans, Sylville Smith, avait un casier judiciaire fourni et son arme avait été volée lors d'un cambriolage en mars.

Les événements ont dégénéré dans la soirée.

La police a tenté de disperser au moins 200 manifestants exaspérés, dont certains ont jeté des pierres en direction des policiers.

Quatre fonctionnaires de police ont été brièvement hospitalisés, selon le maire de Milwaukee.

Un policier a notamment été blessé à la tête par une brique lancée contre sa voiture.

Une station-service a également été incendiée de même qu'une banque, une boutique de produits de beauté et un magasin de pièces automobiles, selon le journal local, le Milwaukee Journal Sentinel.

La police de Milwaukee a publié sur Twitter des photos montrant un véhicule d'intervention endommagé selon elle par des jets de pierres et des tirs d'armes à feu.

Selon le maire de la ville, 17 personnes, toutes connues des services de police, ont été arrêtées dans la nuit de samedi à dimanche.

Le président Barack Obama a été informé de la situation, a indiqué la Maison-Blanche.

Appelant à l'apaisement, le gouverneur Walker a rappelé dimanche que son État «possède une loi requérant une enquête indépendante à chaque fois qu'il y a des tirs mortels effectués par un officier des forces de l'ordre».

Plusieurs policiers ont été visés ou tués ces dernières semaines en marge de manifestations contre les violences policières à l'égard des noirs américains.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer